213 / Noël, et la surenchère des cadeaux…

Pas d’affolement, je ne viens pas plomber l’ambiance avec une « bonne » morale, juste partager ici mon ressenti du moment. Comme vous toutes, je réfléchis aux cadeaux de Noël pour nos enfants, ils ont même fait des listes… Mais plus ça va, plus cette histoire me chiffonne.

D’ailleurs, ce matin j’ai écouté la toujours excellente chronique de Claude Halmos sur France Info. Je vous la recommande, on doit pouvoir la chopper en replay.

Donc, 2 choses :

  • Primo, à l’école des enfants hier, c’était la fête de Noël. Chants, vin et chocolats chauds, marché de Noël, c’était tout mignon. Et comme chaque année, l’école propose une belle initiative : que nos enfants offrent un jouet à eux pour les enfants du Secours Catholique. On ne nous demande pas d’acheter un jouet, non, on leur suggère de partager, d’offrir un des leur. Plus dur… Le porte-monnaie de papa-maman, ils doivent penser qu’il est extensible, que les Euros poussent dans le jardin… alors aller dans un magasin et choisir un jouet pour un autre enfant, je suis certaine qu’ils le feraient tous sans trop rechigner. Mais se séparer d’un jouet/livre/peluche à eux, ça n’est pas anodin et je trouve l’initiative excellente. => C’est d’ailleurs l’occasion chaque année de leur rappeler que TOUS les enfants n’ont pas de cadeaux à Noël, que certains se contenteront de très, très peu. Et dire aussi que la valeur marchande d’un cadeau n’est de loin vraiment pas l’essentiel. Qu’un cadeau fait avec amour/amitié/générosité vaut tous les sabres laser à one million dollars…  Je les ai donc vus jeudi soir dans leur chambre, chercher, choisir, oh et puis non, celui-là je l’aime vraiment beaucoup, bon ok d’accord, je le donne. Et je rajoute, ça, et ça aussi… On a pris soin de faire des beaux paquets et c’est tout contents qu’ils sont arrivés vendredi matin à l’école, chacun portant fièrement son cadeau pour l’offrir à un autre enfant.
  • Deuxio, les catalogues de jouets inondent notre boîte aux lettres dès novembre, c’est donc assez naturellement que les enfants découpent, collent et font une liste longue comme mon bras… Et cette année, va comprendre pourquoi, ça me déplait fortement. Ça manque d’un tout petit peu de surprise, non ? Je ne suis pas née de la dernière pluie (Ophélie) et  Noël, comme toutes les fêtes d’ailleurs est devenu un business XXL, j’en ai bien conscience (Hortense). Mais pour nos enfants, et nous aussi d’ailleurs, c’est surtout (enfin, ça devrait être…) la joie de retrouver et de gâter nos proches. Se retrouver autour d’une belle tablée, mettre des jolis vêtements, oublier les soucis le temps de ces retrouvailles et inscrire ces bons moments-là au patrimoine des meilleurs souvenirs.
    Hier, avec mon homme, nous sommes partis remplir la hotte, avec dans la poche lesdites listes. Arrivée dans le magasin, je les ai bien regardées et puis j’ai décidé de les ignorer. Cela m’a valu une discussion animée avec mon homme et j’ai fini par obtenir gain de cause en fixant 2 règles > 1. Pas plus de cinq paquets par enfant, ça me paraît plus que généreux. 2. Nous sommes leurs parents, qui mieux que nous peut savoir ce qui leur plaira ? Pas besoin de liste, je sais que ma blonde adore bricoler, tricoter et jouer à des jeux de société avec ses frères et sa sœur.
    Nous lui avons donc choisi :
    – un chouette coffret pour fabriquer des pompons
    – un autre avec des perles… pour faire des petits bijoux
    – un 12e jeu de cartes UNO (je ne sais pas chez vous mais ici, les cartes disparaissent, sans doute la petite souris…)
    – la 125e poupée peroxydée => Barbie danseuse étoile, au hasard…
    – et un jeu de Bonne paie
    Elle nous fera probablement remarquer que ce n’est pas ce qu’elle avait mis sur sa liste. Et je répondrai que le Père Noël est bien malin puisqu’il a perdu sa liste mais qu’il a choisi des cadeaux qui la ravissent. Ou alors elle m’enverra paître et boudera toute la journée ! Qui sait ?

Moi et mes convictions on s’est souvent plantées… Mais cette année, je crois quand même qu’il va falloir dire et redire que la magie de Noël c’est le partage, les sourires et les jolies couleurs. Et le chocolat, bien sûr.

Parce que Bidule a eu 2 paquets de plus que moi, on s’en fiche un peu. Non ?

Mais vous, racontez-moi, à J-15, comment vous faites ?

noel-image