208 / La rentrée des parents

Ça n’aura échappé à personne (hormis quelques papas peut-être…), nos enfants ont repris le chemin de l’école en début de mois. De fait, les parents que nous sommes ont dû également faire leur rentrée.

Je sais bien, si vous étiez partis en juillet, vous aviez sans doute repris depuis belle lurette quand la cloche a sonné. Mais ici, nous sommes partis autour du 12 août. L’été fut chouette, mais long. Bien trop chaud pour moi, mais je m’égare… Autant vous dire qu’en rentrant le 28 août, on a profité allègrement des 2-3 jours avant la reprise officielle des enfants pour retarder un peu le réveil. Certes, nous avons retrouvé le bureau mais les journées étaient cool. (<= Joie, bonheur. De courte durée.)

Les petits ont fait leur pré-rentrée le mercredi 31 août. Ils ont vu leur classe, posé leurs affaires, croisé quelques copains/copines. Nous avons pris le temps de discuter avec les différentes maîtresses.

– Ma petite dernière (5 ans) est cette année dans une classe de double niveau, grande section-CP, mais dans le groupe des GS. Elle est contente. Sa maîtresse est un ange. Elle s’est quand même perdue 2 midis de suite dans la récré ( !). Pas « perdue » pour de vrai, disons il y a une petite séparation pour la récré des maternelles, et maintenant qu’elle est dans une classe où il y a en majorité des CP, elle va dans la cour des « grands ». Cour à laquelle elle n’était pas habituée. Alors les premiers midis, elle n’a pas dû suivre les copines qui partaient à la cantine et s’est retrouvée un peu paumée… Heureusement, sa grande sœur est venue à son secours. Vive les fratries.

– Ladite grande sœur est donc maintenant en CE1. Sa maîtresse est également un ange. Ma mignonne rentre de l’école vers 17h. Fait ses devoirs à 17h02… Je lui dis tous les soirs de prendre un peu le temps de souffler. De jouer. Mais non.

  • Je préfère le faire maintenant maman. Ça me rassure…

 – N° 3 est en CM1. Toujours aussi perché… Il faut d’ailleurs que je vous en raconte une bien bonne à son sujet : nous étions donc en vacances en Espagne, près de Barcelone. Je suis la seule à parler espagnol. Mon grand fait de l’espagnol depuis 2 ans mais bon. Ado tout ça… Bref. Donc, où que nous allions, quoi que nous fassions, « je » parlais. Un soir, au resto, après que la gentille serveuse nous ait amené notre plat, mon fils me demande :

  • Maman, comment on dit « merci » ici.
  • Gracias.
  • Oui, mais on peut dire thank you aussi.
  • La dame comprendra sans doute. Mais thank you c’est de l’anglais.
  • Tu veux dire que les Espagnols ne parlent pas anglais ?

Voilà-voilà. Mon fils. Il paraît que j’étais pareille gamine. Perchée en permanence… Donc, il est en CM1. Donc dans 2 ans il ira au collège. Punaise. Respire ma fille. Zen.

N° 2 est en 4e. À la cool. Zéro stress.

  • T’inquiète maman, je gère…

Il a très mal aux épaules depuis le printemps. Si vous me suivez , vous savez que nos 3 garçons nagent. Beaucoup. A priori un peu trop. Lui en tout cas n’était sans doute pas assez musclé pour encaisser cette charge d’entraînements. Nous avons vu un super kiné qui préconise des séances avec lui. Wait and see. En attendant, il est inscrit à la section rugby au collège.

– N° 1 a 14 ans, il est donc entré au lycée. La bonne petite claque de la rentrée. Oui alors bien sûr, c’était prévu hein (<= pas la claque, la rentrée au lycée). Mais je ne sais pas pourquoi, ça m’a fait un sacré drôle d’effet.

Il faut vous dire que l’année dernière à la même heure, il mesurait 1,54 m. Pas très grand (<= mais très beau, objectivement bien sûr…). Déjà chiant, notez bien. L’année de 3e ne s’est pas faite dans la ouate, il y a eu des cris, des punitions, des moments durs. Il est devenu très très mou. Marchant à 2 à l’heure. Toujours fatigué. Mon lave-linge rétrécissait drôlement ses pantalons. Alors en avril mon petit cerveau s’est reconnecté. Je lui ai dit, viens donc voir que je te mesure. Verdict ? 1,70. Waouh : 16 cm dans l’année. OK. Tout s’explique. Enfin « tout », non, mais beaucoup de choses. L’adolescence était donc entrée dans nos vies. Je le toise encore, à peine (<=3 tout petits cm nous séparent, je tiens bon quelques semaines je pense…)

Pour aller au lycée, il nous a demandé un scooter. J’ai dit bien sûr mon trésor. Je passe à la banque et je signe le chèque. Choisis donc celui que tu préfères. Nan je déconne. J’ai dit tu parles sérieusement ? On habite à 10 mn du lycée. Tu iras à vélo. Fin de la conversation. L’adolescent est donc totalement au-to-no-me. Et toujours aussi chiant. (<= au passage…). Mais autonome. On est en plein progrès. Et moi j’entre le niveau 3 de la patience…

Nous avons brillamment survécu à la semaine de 3 réunions par jour. Les fournitures scolaires avaient été commandées puis reçues avant de partir (via Scoléo, une merveille). J’ai fait des grands sourires à notre docteur qui a eu la patience de recevoir les enfants pour les certificats médicaux. J’ai fait la queue 2 heures pour réinscrire n° 1 à la piscine. Ma bichette reprend la danse la semaine prochaine. Cette année, elle a un tutu (acheté mercredi par Bibi). Sa petite sœur attendra d’être au CP pour envisager une activité. Mon homme a repris la course à pied sans douleur, donc dans la joie. J’attends mardi prochain pour reprendre mes cours de danse.

Bref, on dirait que septembre n’est pas si terrible cette année.

Nos enfants grandissent. Prennent de l’assurance et c’est chouette. Ils ont leur vie parallèle avec les copains, les copines et leurs activités. On ne casse pas le fil. Il s’étire, il devient plus grand pour laisser le temps à chacun d’eux, de nous, d’y trouver l’équilibre.

 

img_1943

195 / Des nouvelles tant qu’on est encore en juillet

Des jours, des semaines que je déserte cet espace… Le début de l’été, les vacances des enfants, la canicule, beaucoup de boulot, mais aussi, surtout, beaucoup de bonnes nouvelles autour de nous. Enfin ! Je lève le nez et je découvre la fin du mois !

J’ai failli intituler cet article « J’aime pas l’été » mais ce titre provocateur n’aurait pas été tout à fait sincère.

Pourtant, je le confesse (enfin, confesse, faut rien exagérer…), je n’aime pas avoir chaud. Et là, c’est vraiment un euphémisme. Je déteste avoir chaud. Que voulez-vous, je dois avoir un problème de thermorégulation, à 19 °C j’ai froid, mais à 26 °C, je brûle… Autant vous dire que j’ai assez mal vécu les 3/4 du mois de juillet avec la canicule. Heureusement, dans notre nouveau sweet home, notre sweet bureau est au nord ! Au bureau donc, j’étais bien…

Donc, reprenons, je déteste avoir trop chaud, je ne raffole pas non plus de la mode estivale, les robettes à fleurs et les sandales, ça ne me dit rien qui vaille. En ce moment par exemple, je rêve de remettre mes bottines et mes beaux pantalons ! Oui, je sais…

Comme j’ai de l’eczéma ET la peau très sèche, le duo sable + mer salée ne me réussit pas du tout. Le  « pire » est donc à venir… (C’est qu’on a des vrais problèmes existentiels par ici, vous l’aurez remarqué !)

Mais les enfants adorent la mer, et moi j’adore voir mes filles dans leurs robettes à fleurs (comment ça j’ai dit le contraire ?) et leurs petits pieds vernis dans leurs sandalettes !

Notre fils aîné est en colo chez les Anglais. Nous ne sommes plus que 6 depuis dix jours. A priori, il s’éclate. Nous l’avons déposé Gare du Nord dimanche dernier. En attendant le départ de l’Eurostar, avec mon homme, nous avons bien failli nous étouffer en découvrant la note à payer pour un Schwepps et un Coca ! 8,40 € c’est donc le tarif parisien ! OMG ! J’ai demandé à mon fils adoré de nous envoyer un petit sms par jour, histoire d’avoir de ses nouvelles… Donc, le premier soir, j’ai eu droit à :

– Bien arrivé à Londres. Vous me manquez trop !

#Mignon

Le lendemain :

– Demain, on visite Cambridge. Bonne nuit maman, je t’aime.

#Adorable

Troisième jour sans nouvelles… Je me dis tant mieux, il doit s’éclater.

Quatrième soir, je lui envoie :

– Ça va mon trésor ? Tout se passe bien ? Tu parles bien Anglais ? C’est comment là-bas ? Tu t’es fait des copains ? Et les repas c’est comment ? Qu’est-ce que vous faites comme activités ? Tu vas bien ? On pense tous à toi. Gros bisous mon ange.

#LaMereBoulet

Il me répond :

– Ouais.

– Ouais quoi ? Tout va bien ?

– Bah ouais à tout. Bonne nuit.

#Gloups

Je n’ai pas insisté. Enfin, je me suis retenue un tantinet. Mais je voudrais être une petite souris et le voir, là-bas, s’éclater parce que j’en suis certaine, il se régale. Il rentre dimanche et je sais qu’il va nous saouler tout nous raconter…

Je lui ai dit :

– Prends des photos à Londres parce que j’y suis allée quand j’avais ton âge, et je n’y suis jamais retournée…

Il m’a répondu :

– J’avais plus de batterie…

C’est l’histoire de ma vie tout ça ! La batterie en panne au mauvais moment (en même temps, la batterie tombe toujours en rade au mauvais moment…)

Bref. Il me reste donc à prévoir LE voyage en tribu à Londres. 2016 ?

Pendant ce temps, les quatre autres zouaves s’occupent bien. Je dois même dire qu’ils sont assez bluffants parce qu’on a beaucoup de boulot, donc zéro disponibilité dans la journée pour eux mais entre les coloriages magiques de mes petites fées, les sorties piscine, patinoire, un coup chez un copain, un coup le copain vient à la maison, ma foi, on les voit pas beaucoup !

Princesse > fées > châteaux. Un brin monomaniaques…

Princesse > fées > châteaux. Un brin monomaniaques…

Mon fils (n° 2) fait de la pâtisserie presque tous les jours. Des pancakes, des gâteaux au chocolat, des crêpes ce midi… Miam, c’est chouette quand ils grandissent !

Jour 1 > pancakes

Jour 1 > gâteau

Jour 2 > pancakes

Jour 2 > pancakes

Jour 3 > confitures

Jour 3 > confitures

Le soir, il a fait tellement chaud que nous sommes retournés avec bonheur voir Chartres en Lumières ! Quelle merveille ! Je le redis pour les deux du fond qui ne suivent pas > c’est donc tous les soirs, à la tombée de la nuit, du 11 avril au 10 octobre, et c’est… gratuit ! Si vous passez dans le coin, ne manquez pas cette magie-là.

Les jardins de l'Evêché

Les jardins de l’Evêché

La cathédrale. Magique, non ?

La cathédrale. Magique, non ?

Ce billet est un peu fourre-tout mais il est trop tard pour remettre de l’ordre alors je partage avec vous les nouvelles comme elles me reviennent. Donc, il me reste à vous dire que nous avons vu deux très beaux films :

La femme au tableau. Des images valant mieux que certains discours… ce film raconte l’histoire vraie d’une vieille dame juive autrichienne qui a dû fuir son pays et tous ceux qu’elle aimait pendant la Guerre et s’exiler aux Etats-Unis. Elle demande alors à un jeune avocat de l’aider à récupérer l’un des plus célèbres tableaux de Gustav Klimt, maintenant exposé dans le plus grand musée d’Autriche, alors qu’il appartenait à sa famille et que le modèle, Adèle, était sa tante. Outre le talent des comédiens (Helen Mirren en tête), cette leçon d’histoire est vraiment passionnante. Je vous le recommande donc s’il est encore à l’affiche près de chez vous. (Pour info, j’ai emmené mon fils ainé, 13 ans, avant son départ pour Londres.)

LA+FEMME+AU+TABLEAU

Nos futurs. Gros coup de cœur pour ce film de Rémi Bezançon (Le Premier jour du reste de ta vieUn heureux évènement). Si, comme moi, vous avez l’âme nostalgique… vous allez adorer. Deux amis d’enfance se retrouvent à l’âge adulte… partagent leurs nouveaux secrets et décident de faire revivre leurs meilleurs souvenirs. Un vrai bonbon. Un petit bijou de délicatesse qui aborde le temps qui file avec beaucoup de tendresse. Par ailleurs, Pio Marmaï et Pierre Rochefort sont, comment vous dire, résolument, absolument, totalement charmants…

NOS+FUTURS

On me dit dans l’oreillette que juillet touche à sa fin. C’est pour nous le signe que les vacances approchent. Hiiihaaaa !  Il me restera à acheter toutes les fournitures scolaires. L’an passé, je m’y étais pris très tôt… Cette année, visiblement, ça sera un brin speed en rentrant de vacances. Et ça ira bien ! (Méthode Quae)

Bonnes vacances à tous ceux qui y sont, bon retour à tous ceux qui en reviennent et bon courage à tous ceux qui ne partent pas…

A vous les studios.

193 / En mai, fais donc ce qu’il te plait…

Ce sera mon mot d’ordre. Et je compte bien le prolonger après le printemps.

Non pas que je me contente de faire uniquement ce que j’aime (mon banquier serait très fâché…), mais disons que depuis mon pétage de plombs, je me regarde davantage le nombril. (Quelqu’un a le 06 de Freud ? J’ai deux-trois choses à lui raconter…)

Ici, en mai, c’est l’anniversaire de nos deux filles. La blonde est née le 14, la brune le 4. Franchement, il me faut déployer une surdose d’organisation (qui me manque cruellement à la base, confessons-le…) pour gérer les cadeaux, les cartes d’invitation, les gâteaux et bonbecs à emmener à l’école… Ça n’a l’air de rien, je sais bien… Samedi, ma douce blonde festoiera donc avec ses cops. Je prends toutes vos bonnes ondes parce que pour l’instant, Miss météo annonce des cordes !

Je vais mieux. Bien mieux. Primo parce que nous avons fui les soucis en partant chez nos cousins adorés près de Saint-Jean-de-Luz en avril, et que c’était mieux que top. C’était parfait. C’était calme. Et pourtant nous étions 10 (ok, nous sommes déjà 7 au quotidien). Les jours de fuc%$€g pluie, nous avons joué au Trivial Poursuit, au Scrabble, et glandé à fond. Les jours de beau temps, nous n’avons pas trop forcé non plus, couru un peu quand même.

Mais punaise j’en ai bavé grave dans les côtes, heureusement que j’avais de la bonne musique et les écouteurs bleu fluo de mon fils adoré dans les oreilles. J’avais oublié les miens, argghh !

Moralité > on a décidément toujours besoin d’un plus petit que soi !filles-campagne-basque

Mes filles, la campagne Basque. La campagne Basque, mes filles…

Nos deux « grands » ont découvert le karting. Je suis rassurée > ils ont eu du mal à trouver la pédale d’accélérateur ! (Chocottes ?!) Mais ils ont eu l’air d’apprécier malgré tout et ma bonne dame, c’est bien là l’essentiel !

karting

Admirez le look de mon fils, en short de bain ET en sweet.
J’ai envie de vous dire, le style, ça ne s’invente pas…

Bref, nous sommes rentrés les batteries rechargées. Et le coffre bondé. Comme à l’aller en fait…

coffre

#Famille nombreuse.

La deuxième semaine, nous avons repris le boulot dans la joie et la bonne humeur. Abattu un boulot de dingue. Mais sans stress. Pendant ce temps, n° 3 était occupé par son stage de natation. N° 1 et 2 n’avaient pas été oubliés par les profs qui leur avaient concocté un bon programme… Le grand a lu Les Misérables. Non sans mal.

– Ouais c’est pas juste, pourquoi faut toujours faire des devoirs ?

– Oh, ça va. Tu verras c’est chouette comme livre… (Lui dit sa mère sans grande conviction…)

– Pff, tu parles…

Il a finalement admis que le bouquin valait la peine d’être lu et que l’auteur avait un certain talent ! Mais bon, beaucoup trop de pages à son goût ! Victor, si tu me lis, pardon…

Sans transition, n° 2 nous fait un vrai blocage en anglais. Je ne vois pas d’autres mots. Il n’imprime pas l’usage du « s » à la 3e personne du singulier. Je répète donc à longueur de soirée :

– Punaise, c’est pourtant pas compliqué ! On dit « I like » mais « He likes». En français, on met le « s » à la 2e personne du singulier, bah en anglais, c’est à la 3e personne ! Cherche pas à comprendre mais fais-le. Bordel !

Il m’énerve, vous l’aurez compris… Et ma patience est à son top niveau…

Sinon, je me couche plus tôt. (Puisqu’on se dit tout !) Mes nuits étant largement hâchées, je mets toutes les chances de mon côté pour les prolonger malgré tout. Donc, 1/ je me couche plus tôt, avant minuit. 2/ Je lis presqu’une heure avant de sombrer 3/ Je sombre au moins jusqu’à 2 heures. Ce qui est pris est pris. (Val, grande philosophe devant l’éternel !)

J’ai donc terminé ce très beau bouquin qui m’a été recommandé par ma librairie de quartier. Je ne vous le raconte pas mais partage avec vous cette phrase de sa jeune et talentueuse auteure (violoniste baroque dans une autre vie, le talent tout ça…) pour vous en donner l’eau à la bouche :

« J’espère avoir écrit un roman d’amour, celui qui s’immisce dans toutes les brèches, à toutes les époques. Je me suis intéressée à l’instant où tout bascule. Quand l’esprit croit avoir contraint définitivement le corps, mais que ce dernier prend finalement le dessus. Les corsets sont brûlés au propre comme au figuré. » Léonor de Récondo

amours

J’ai alors commencé un des ses autres livres, qui raconte un épisode de la vie de Michel-Ange. Dès que je le termine, je viens vous en parler.

pietra-viva-de-leonor-de-recondo

En attenant, prenez soin de vous.

Val (au taquet !)

170 / Hashtag La rentrée…

Ayé, c’est fait. On peut maintenant respirer profondément et attaquer le deuxième round…

Les vacances se sont bien passées chez vous ? Ici, on a passé une journée absolument fantastique au Puy-du-Fou.

Ça nous a pris la dernière semaine d’août, d’un seul coup mon neurone s’est connecté et je me suis dit et si on y retournait ?

On n’a toujours pas vu les Cinéscénies parce qu’elles n’ont lieu que le week-end mais on s’est malgré tout régalé toute la journée. On a guerroyé, on a vibré, on a ouvert grand nos mirettes, on a même eu très chaud (oui, sous la Loire en fait, il faisait beau…). Autant dire qu’en repartant à 22h après le dernier spectacle, on a dit aux mômes « oh les petiots, maintenant, plus un mot jusqu’à la maison, pigé ? Dodo ! » et après 3 heures de route, on a regagné nos pénates. Bonheur.
170-photos

Mes petits zouaves ont passé leur dernière semaine de vacances entre les cousines et les copains/copines. Un coup dans le lit avec l’un, le lendemain avec un(e) autre, autant dire que le recadrage le dernier week-end n’a pas été super apprécié.
– Mais pourquoi je dois dormir toute seule ?
– Mais parce que c’est comme ça ma toute douce… (oui, là, j’étais à court d’arguments).
– Mais toi tu dors pas toute seule ?
– En effet, moi je dors avec ton papa parce que c’est mon homme. Plus tard (dans 1 000 ans), quand tu auras un amoureux et que tu vivras avec lui, tu dormiras avec lui. C’est comme ça ma craquotte.

On avait acheté les fournitures en juillet parce que les écoles de nos enfants ont eu la bonne idée de nous les envoyer très tôt. Ok, ça ne m’a pas empêchée d’oublier la trousse du petit lundi mais à part ça, on avait TOUT. Même les certificats médicaux sont faits. Là, je pense avoir atteint mon seuil maximal au niveau organisation, plus ce serait déraisonnable…

Donc, je résume pour les deux du fond qui se seraient égarés en route cet été.
L’aîné, 12 ans rentre en 4e. N° 2 en 6e, n°3 en CE1, n° 4 en grande section et… ma toute petite, ma dernière, ma râleuse, mon clown vient de faire son entrée dans LA grande maison école, elle en prend pour 15 ans au moins. Donc. Arghhh…

Depuis fin juin nous n’avons donc plus de nounou. Waouh ! Ça y est, une sacrée page se tourne. Avec bonheur hein… Point de nostalgie par ici, j’adoooore mes petiots mais je suis ravie de les voir grandir, découvrir, me lâcher les baskets, prendre de l’autonomie, me surprendre.
Mes 2 collégiens ont deux emplois du temps carrément top of the top, avec des profs a priori très bien aussi. (À part la grincheuse en SVT mais il en faut toujours au moins un je crois…). C’est donc reparti pour la préparation des goûters le soir. Évidemment, j’avais oublié la gourde de la petiote le premier jour alors j’au eu droit au :
Mais mamaaaan, la maîtresse elle a dit tu DOIS me donner une gourde.
Oui chef. Bien chef.
(Elle a 5 ans…)

Faut dire que l’été en septembre après l’automne en août, ça m’a un poil perturbée.
J’essaie de préparer leurs vêtements la veille parce que le matin à 7 :00 on a tous un peu du mal à aligner plus de 3 mots cohérents alors s’il faut en plus gérer les fringues…

On choisit des pantalons par trop chauds avec des t-shirts au cas où. Rose les t-shirts, forcément hein.

À ce propos (appelle-moi chef de la transition sur ce coup-là), la jolie marque 3 pommes organise tout le mois un jeu concours spécial Rentrée des classes et propose de répondre à un Psycho Quizz qui permet de découvrir quel est le style de notre enfant.
Après tirage au sort, 10 gagnants remporteront un bon d’achat de 150 euros à valoir sur la marque 3 Pommes.
bandeau_site_ok

J’ai joué pour ma petite dernière. Verdict ? Elle est aventurière, espiègle (non ?), elle adore jouer avec les garçons et sauter dans les flaques > elle est donc plutôt sport. Je valide. Autant la Luciole est totalement girly, strass et paillettes, autant celle-ci joue la carte du confort. (Pour faire des bêtises, c’est plus pratique, en fait…).
sportwear_fille
Pour jouer, cliquez sur http://www.3pommes.com/jeu/?utm_source=site_instit directement.
Bonne chance à vous et respirez un grand coup, septembre va bien se passer. On en reparle bientôt, ok ?

144 / Oxygène

C’est le teint rose et le moral au beau fixe que je reviens par ici.

J’ai fait une pause. « On » a fait une pause pendant ces vacances scolaires et hmm, que ça fait du bien.

Primo, on a décidé de ne pas partir. Rapport au fait que je n’avais pas DU TOUT envie de faire les bagages. Je sais, ça peut paraître idiot, désuet, tout ce que tu voudras, mais à l’idée de me coltiner les valises pour 7, le linge, les draps, les doudous, le lit pliant, quelques jouets, faire les courses ET des bornes, j’ai dit non, niet, nada.

En plus, on n’aurait pu partir que 3 jours alors j’ai fait ma feignante et on est resté.

Mais on a profité. Vraiment.

Je t’explique.

• Primo, les garçons avaient des stages (athlétisme et natation) > formidouble.

Ça nous a valu quelques allers-retours, forcément, mais sans stress.

• On a pu étaler les devoirs et ça, c’est topissime. D’autant que Batman a dû se farcir les 376 pages du Tour du monde en quatre-vingts jours de Jules Verne (qu’il a d’ailleurs adoré…).

Ouf. D’ailleurs, pour une fois, la liste des devoirs n’était pas déprimante… Non parce que, je dois être un peu bête mais pour moi « vacances », ça veut juste dire « repos », glandouille. Réviser 2-3 leçons, lire un bouquin, ok. Mais préparer 6 contrôles, faire un exposé et des devoirs à rallonge, c’est pas tout à fait le même programme…

• On est allé au cinéma. J’ai d’abord déposé mes deux « grands » pour qu’ils aillent voir le dernier Jeunet. Le fabuleux voyage de T.S. Spivet. Ils ont adoré. Pendant que je suis allée dans la salle à côté avec mon Spiderman et la Luciole voir Planes. Très mimi.

MAIS, surtout, vendredi soir, on a vu Gravity, seuls. Rien que mon homme et moi. Pur bonheur. Si tu n’as pas encore vu ce film, fonce. Et surtout, va le voir en 3D. Magique.

• Vendredi, férié donc, on avait prévu de courir. À midi, comme il pleuvait, on a décalé à l’après-midi. Mais comme il pleuvait toujours, on a dit tant pis, on y va. Et contre toute attente, c’était super. OK on était mouillés comme des soupes en rentrant mais c’était presque drôle. J’ai couru entre mon homme et Batman. Bon j’avoue, très loin derrière eux mais c’était cool quand même.

• Samedi soir, on a guinché à l’anniversaire de mon poto. Causé, ri, bu des litres de jus d’orange mélangé à de l’eau gazeuse. C’est mon Orangina home-made. Je sais, je suis une grande malade, mais comme je ne bois pas d’alcool, j’ai développé un sens particulier du cocktail personnalisé… et celui-là, je le bois sans modération.

• Et hier… cerise sur le gâteau, nirvana du dimanche glandouille… On avait pris notre rendez-vous pour un massage au SPA. Lumières tamisées, petite musique qui va bien, doigts de fée qui te massent de la plante des pieds aux bouts des doigts pendant une heure. C’est bien simple, au bout de quatre minutes, je dormais…

spa-bymonarque peignoir OK

© ByMonarque

Puis, petit passage dans la piscine avec des bains bidules qui te massent les lombaires… Ensuite, dégustation de la petite tisane en peignoir tout en mangeant délicatement des petits fruits confis. Bref, le bonheur. On est sortis de là avec mon homme complètement détendus du bulbe. Relax. Zen.

spa-bymonarque piscine 

© ByMonarque

Alors voilà, ces vacances, elles nous ont fait beaucoup de bien. Rien d’extraordinaire mais prendre le temps pour soi, ça faisait longtemps qu’on avait oublié. On a juste rechargé les batteries, et on en avait bien besoin.

 

spa-bymonarque zen

© ByMonarque

 

Et toi ? La frite ?

143 / Ouf de soulagement…

Les enfants sont en vacances.

Ce n’est un scoop pour personne.

Pour beaucoup c’est même un sacré casse-tête.

Qu’est-ce qu’on va faire de nos petiots pendant deux semaines ?

Comment on va les occuper ET garder notre calme ?

Ici, c’est assez simple.

La nounou sera là la première semaine.

Et la deuxième semaine, lever de pieds, réveils sur OFF, et à part ça, zéro programme.

Stage de natation pendant quatre jours pour Superman (9 ans) et Spiderman (6 ans).

Et oh miracle de la technologie > ledit stage aura lieu la même semaine et aux mêmes horaires pour les deux.

J’ai failli pleurer de joie quand j’ai reçu le papier !

Batman, lui, aura un stage de deux jours d’athlétisme la première semaine.

Ce qui lui permettra :

– de décompresser d’ici mercredi

– de se défouler pendant deux jours

– de reprendre ses cahiers et bouquins après en pleine forme !

Il est joie, bonheur et extase à l’idée de ce beau post-programme…

On ne se refait pas.

Dans ma très grande bonté, je les emmènerai même peut-être au ciné merdredi.

D’ailleurs, le mois dernier, avec mon homme, nous avons pris une grande décision…

Après un constat effroyable :

– trois, peut-être quatre cinés (pour adultes hein, les dessins animés avec les mômes, ça ne compte pas, on est d’accord…) en dix ans

– deux grosses bringues sans eux

– UN seul week-end SEULS (en juillet dernier).

On a dit > STOOOOOOP !

Finies les conneries. Ras-le-bol des samedis soirs à dire aux copains :

– Bon cinoche alors, vous nous raconterez…

ou

– C’était chouette le théâtre la semaine dernière ?

Alors le mois dernier, j’ai fait la queue. Longtemps. Mais je nous ai pris un abonnement au Théatre de Chartres.

Eh ouais.

Cinq soirées dans l’année. Jouable, non ?

Copines, copains en renfort et zhou…

La semaine dernière, on a ouvert le bal en allant voir Audrey Lamy.

Si elle passe près de chez toi, je te le dis sans détours > FONCE.

Poilade assurée pendant une heure. Cette nénette a une énergie de dingo.

Et comme on ne change pas une équipe qui gagne, ce soir, on remet ça.

Deux soirées et deux semaines, on attaque très fort. Je sais. On est comme ça.

Mais, honnêtement, quel pied de leur dire :

– Soyez sages les cocos hein ? Pas de blaque ! Oui, gros bisous. Moi aussi je vous aime… Et pas de nuba pour se coucher sinon les copains ne voudront plus vous garder et franchement ça me ferait mal !!!

Hmm…

Que c’est bon de sortir sans eux. Sans le sac qui pèse une tonne avec des changes (au cas où), les doudous des filles, quelques jouets pour les grands et Sainte-patience accrochée aux basques…

Quel bonheur en rentrant de ne pas les réveiller parce qu’ils se sont endormis dans la voiture… les mettre en pyj rapido-presto, dire oui, non, ce soir, on ne se lave pas les dents, ça va bien…, faites moins de bruit, la petite est déjà couchée…, arrête de chanter bon sang, va te coucher…

Non, juste s’occuper de soi. Traîner. Prendre son temps…

Les enfants sont en vacances. Et nous, on va enfin lever le pied.

Ouf.

Et toi, tu t’organises comment ?

repos.jpg

133 / En vacances à Sitges (Espagne) #1

Ouf !

On a compté tous les jours de juillet, occupé les enfants pendant qu’on continuait à bosser :

– stage de plongée (en piscine…) pour les 2 « grands » > sur 3 jours, ils ont a-do-ré

– visite de Chartres en Lumières le soir pour la dixième fois mais c’est tellement beau qu’on ne s’en lasse pas.

Faudra d’ailleurs que je t’en reparle > Chartres, c’est à une heure de Paris, ce sera donc bientôt la grande banlieue… et Chartres en Lumières, c’est juste waouh !

Mais bon, c’est pas l’objet du jour. Nan. Aujourd’hui, là, tout de suite, on est en VACANCES. Ouais.

En Espagne. L’année dernière, on avait dit « même pas peur de faire des bornes avec 5 mômes ». On était donc en Andalousie, au sud du sud de l’Espagne. Et donc, ça nous a vaccinés ! 1 800 bornes X 2 : NEVER MORE !!!

Ou alors, en avion…

Bref. Cette année, on a divisé par deux notre capital « je m’énerve en voiture avec les mômes » et on est donc à 40 bornes de Barcelone, à Sitges. Face à la mer. Genre, on traverse la rue en maillots de bain tellement on est près.

C’est qu’on nous y reprendra plus nous, à se farcir de la bagnole pour aller à la plage avec les mômes, les sacs, les pelles, les seaux, les bouteilles d’eau et tout le toutim…

On a donc garé la bagnole samedi soir en arrivant, et depuis, elle fait comme nous, elle se re-po-se.

Et y a pas à dire, faire ses petites courses de fruits le matin, à la cool, ou le soir en rentrant de la plage, c’est top.

Ici, le rythme espagnol c’est pas un mythe. Tous les magasins sont ouverts jusqu’à 21 heures. Autant te dire qu’on en profite.

Zéro programme. Zéro objectif. On avise chaque jour et putain que c’est bon !

Mercredi donc, on avait décidé d’aller faire un tour à la capitale. Ben oui, quand même.

Juste avant de partir, j’étais allée à la Fnac (de Chartres donc…) et j’avais trouvé ce super petit guide :

Barcelone-enfamille-livre-ok

Genre, toutes les visites sont adaptées aux ENFANTS. Ouf ! Donc, pour les boulets que nous sommes, il y a des idées de parcours à la journée.

Par exemple :

– Parcours n° 2 : 10H, visite du zoo de Barcelone. Avec des gosses, ça fonctionne toujours.

13h > pique-nique dans les jardins de la Ciutadella.

15h > visite du musée du chocolat (avec les parents gourmands dans mon genre qui ont donc engendré des gosses trèèèès gourmands, ça marche bien aussi…)

16h30 > goûter dans un bar « kids friendly »…

17h > Promenade dans les ruelles du Born, pleines de jolies boutiques. Ben oui, je sais, je suis rien qu’une fille…

Alors, autant te dire, que ce parcours, il est juste TOP !

Il nous a beaucoup plus, on a donc eu une journée bien chargée mais riche en découvertes.

Et pour mes p’tits provinciaux, prendre le train ET le métro à Barcelone, c’était juste « THE » expérience top of the world !

Barcelona-metro

On a marché une petite dizaine de minutes et on a trouvé LE zoo.

Barcelona-zoo

Alors bon, je sais pas toi, mais moi je suis pas hyper fan des zoos. Je milite pas chez Brigitte Bardot pour la défense des animaux mais quand même, voir ces pauv’ bêtes dans des enclos de vingt mètres par trente, c’est pas gai-gai.

Seulement voilà, c’est pas demain la veille qu’on ira tous en safari en Tanzanie voir les éléphants dans leur milieu, donc, bah, ok, dans les zoos, on les voit en vrai…

Barcelona-zoo-elephant

Il ont l’air tout mimi comme ça, hein ? Mais en vrai, c’est hyper impressionnant…

 

Barcelona-zoo-ours

Lui, je me serais pas trop approchée, même pour une sieste à l’ombre…

 

Barcelona-zoo-zac&angele

Ma fille sur le dos de son frère, brave bête…

 

Barcelona-zoo-dauphins

 

Pour reposer nos petits pieds délicats, on a terminé la visite par un petit spectacle avec les dauphins. Trente minutes de queue mais après, assis assez confortablement pendant près d’une heure. Bonheur !

Bon, je te le dis tout de suite, c’est pas comme Marineland à Antibes mais c’est très chouette quand même… 

Sauf que, pour être honnête, j’ai un petit problème de compréhension.

Moi, à l’école, j’avais Espagnol en 2e langue. J’ai donc appris la Castillan. L’année dernière, j’étais très à mon aise. Je comprenais tout. Genre je gonflais le torse et mon homme était un peu impressionné par mon aisance linguistique…

Là, comment te dire, je fais à peu près tout répéter. Le Catallan, c’est juste vraiment pas pareil… Alors je me débrouille et je bidouille un peu d’espagnol mélangé avec de l’anglais quand vraiment, on ne se comprend pas, et ça le fait !

On a fini notre journée comme nous le suggérait notre mini-Bible du moment, et on a repris métro et train dans la joie et la bonne humeur…

Les mômes étaient ravis. Nous aussi.

La semaine prochaine, comme on est bien malins, on va sans doute opter par une formule qui nous branche à mort > le bus city tour ! 

 

BARCELONA BUS TURISTIC ROUTE BLUE

Oui, je sais, c’est LA solution de facilité mais ON-EST-EN-VACANCES !

Deux semaines par an, nous adoptons la formule magique > Abracadabra : No stress, no contrainte…

Hmmm !