187 / Point météo

J’aime bien répéter que la météo n’a aucune influence sur moi, sur mon moral. On va pas commencer à se mettre la trogne à l’envers parce qu’il pleut/fait gris/fait froid ! Oh que non, parce qu’alors…

Et pourtant… le matin, quand je tire les rideaux et que je vois un beau ciel bleu, je souris. D’ailleurs, j’ai remarqué que depuis que nous avons déménagé, le ciel est franchement, mais vraiment moins gris. Je yoyote ? Non je vous assure. (Elle va bien).

Donc, il y a deux semaines tout pile (un certain vendredi 13 ultra moisi), j’avais écrabouillé mes lunettes. Trois jours plus tard, j’étais chez l’ophtalmo et samedi dernier, je suis allée chez Afflelou commander mes nouveaux yeux.

J’ai essayé quelques paires, interrogé le gentil vendeur…

  • Qu’est-ce que vous en pensez ? Ça va, j’ai pas trop l’air d’un guignol ?
  • Oh non madame, elles vous vont bien…
  • Allez zouh on ne va pas y passer la nuit.
  • Euh, non…

Donc, depuis mercredi je revis et mon fils n’a plus honte. Je vous explique ?

J’avais écrabouillé mes lunettes mais comme je ne peux absolument pas lire sans, donc pas travailler sans, je les mettais quand même… En entrant dans mon bureau la semaine dernière, mon fils m’a regardée d’un drôle d’air et m’a dit :

  • Euh maman, ça va ?
  • Bah oui pourquoi ?
  • Nan mais tes lunettes-là…
  • Ah, oui bon elles sont cassées mais en attendant…
  • Ah ok ! Tu vas pas rester comme ça ! Nan parce que y a mon pote qui doit arriver dans 5 minutes donc…
  • Donc ?
  • Bah si tu pouvais les enlever juste deux minutes quoi…

Autrement dit, si tu pouvais éviter de me filer la honte devant mon poto, je t’en serais bien reconnaissant…

Moi et mes nouveaux yeux, on est les nouveaux meilleurs amis du monde. Je les bichonne. Je les range dans l’étui. (Ça ne va pas durer, c’est l’effet tout nouveau-tout beau…). J’ai également rangé la deuxième paire sur ma table de nuit pour ne plus hurler courir le soir…

À part ça, les enfants sont en vacances. Et ils s’occupent (à peu près) tout seuls. Bien sûr, chaque fois que je monte, je manque de m’évanouir à la vue du bazar mais mon homme dit qu’ils ont mes gênes. Donc, le soir, avant la douche, on fait opération rangement. Enfin… ils font…

On a filé acheter des chaussures de montagne à mon fils qui part en stage lundi matin en Savoie, avec le Club de natation. Sur la liste des affaires, quand j’ai vu « chaussures de randonnée », j’ai pensé va falloir lui en acheter et profiter des soldes. C’était mi-janvier. J’étais hyper large. Donc, j’ai loupé les soldes. Je suis comme ça, plus j’ai le temps…

Mercredi, 18h30, nous voici tous les sept (joie, bonheur…) dans les rayons d’Intersport :

  • Bonjour monsieur, les chaussures de randonnée, c’est par où ?
  • C’est pour qui ?
  • Mon fils.
  • Quel âge ?
  • 11.
  • Quelle pointure ?
  • 39.
  • Ah, alors vous allez pouvoir regarder chez les jeunes et les adultes. Mais de toute façon, on a presque plus rien.

C’est bien ce que je pensais, pour être honnête. Bref, on a trouvé une paire à 40 € qui fera largement l’affaire vu que le but est de leur faire passer la semaine… dans l’eau. Pour changer.

On a regardé quelques photos de l’endroit où il sera la semaine prochaine. Le coin, l’hôtel. Il est ravi de partir avec ses copains et son entraîneur. Appréhende un peu. Normal.

  • Tu crois que ce sera dur ?
  • Naaaaan ! (Je mens bien ?) Si tu es sélectionné, c’est que tu as le niveau, t’inquiète.
  • Ouais mais 2 entraînements par jour dans l’eau plus le reste…
  • Mais ça va te faire du bien… je suis sûre que tu vas adorer…

Voilà voilà. Ce week-end, opération valises du trésor. Affaires de piscine. Affaires de sport. Pantalon de ski et chaussures de randonnée pour la journée « en extérieur ».

Est-ce que je vous ai déjà dit à quel point je détestais faire les valises ?

Pour info, une autre de mes chroniques a été publiée mercredi sur Le Plus de Nouvel Obs. Je parle de la nouvelle Barbie qui enregistre les conversations… si ça vous intéresse, voici le lien ICI.

Nouvel-obs-HelloBarbie

Bon week-end à vous. Profitez bien du soleil si vous en avez. (Oui, je sais, j’ai dit que la météo n’influençait pas mon humeur, mais je pense à vous…)

176 / Aller à la piscine SEULE avec les enfants ? Mes astuces…

Les vacances scolaires ont commencé la semaine dernière (il ne reste donc plus qu’une semaine, courage !) et si vous n’avez pu vous débarrasser inscrire vos enfants au centre de loisirs, ou les laisser quelques jours chez papi-mamie, vous allez alterner entre un petit ciné, une patinoire, un bowling s’ils sont vraiment sympas, une promenade en forêt pour fabriquer un chouette herbier en rentrant et… peut-être aussi tenter la sortie piscine.

Sauf que, SEULE avec les enfants, vous appréhendez… Normal.

No stress. Étant donné que j’ai élu résidence secondaire à la piscine depuis que mes aînés s’y entraînent 4 à 6 fois par semaine, étant donné que les trois « petits » adooooorent aussi nager, étant donné que moi aussi (oui, quand même…), nous y allons presque toutes les semaines. Enfin, J’Y VAIS presque toutes les semaines, avec eux. Eux cinq donc.

J’ai eu moults occasions de vérifier ce qui fonctionne, ce qu’il ne faut surtout pas oublier, le superflu et comment bien se préparer pour que ce moment soit un VRAI chouette moment, pour eux comme pour vous.

piscine-avec-enfants-astuces

 1 • Bien définir les limites…

Selon l’âge de vos enfants, vous adapterez le temps que vous comptez passer à la piscine.

Autant avec des grands (disons, à partir de 7-8 ans s’ils savent nager), on peut prévoir de passer une demi-journée à la piscine, autant avec des bébés ou des petits de moins de 3 ans (oui ok, des bébés donc), au-delà de 2 heures, il/elle aura faim, sera fatigué, donc commencera à chouiner. Bref, il faudra penser à rentrer manger/dormir…

2 • Bien s’équiper > la base

Les indispensables :

  • Les jetons pour les vestiaires (3) > prenez-en plusieurs. Les casiers ne sont pas très grands, vous pourrez y mettre les affaires de deux personnes, max. Disons que vous pourrez déposer dans VOTRE casier vos affaires et les chaussures de la tribu, et prévoir ensuite un casier par enfant. Oui. Un par enfant.
  • Pour ne pas porter tous les bracelets avec les clés, vous déposerez tous ceux de vos enfants dans votre casier, et ne conserverez donc que VOTRE clé autour du poignet. Maline.
  • Les serviettes. Le rhabillage sera probablement un moment assez pénible. Primo, la chaleur dans les vestiaires est juste insupportable, deuzio, vos enfants seront fatigués donc peu enclins à s’habiller seuls, tertio, vous serez probablement vous-mêmes au bord du pétage de plomb… Ne nous voilons pas la face.
  • > DONC n’hésitez pas à investir dans des serviettes en forme de poncho (7) pour les enfants. J’en ai acheté trois il y a quelques années sur Vente-privée et je les adore. Pas de manche, pas de ceinture, les petits sont couverts ET autonomes.
    > Pour vous, choisissez ces fabuleuses serviettes en microfibre (2) : elles prennent très peu de place dans le sac (1) et sèchent à la vitesse de l’éclair. Double effet kiss cool.

  • Shampoing 2 en 1 : pas la peine de compliquer la séance. On se lave les cheveux et le corps avec un soin unique. Il existe maintenant des shampoings anti-chlore (4), plutôt pas mal si vous êtes piscine-addict mais un shampoing doux fera aussi parfaitement l’affaire.

3 • Se préparer

• Les enfants qui ne portent pas de couche peuvent mettre leur maillot à la maison. Ce sera autant de temps gagné dans les vestiaires. Par contre, n’oubliez pas de glisser les culottes/slips secs dans le sac. Pour après…

• Évitez autant que possible les tenues compliquées, les chaussures à lacets et les gilets.

Le jogging ou des leggings sont l’idéal. Une paire de chaussures à scratch aussi. N’oubliez pas que vous serez SEULE pour rhabiller la joyeuse tribu. Laquelle risquant d’être passablement excitée ou totalement HS, ce qui reviendra au même au niveau du rendement…

4 • Les tenues

  • Maillot de bain une pièce pour votre princesse. Elle insiste pour porter un maillot deux-pièces comme sa copine ? Ne cédez pas. Le bas va se détendre, le haut va tourner, les nœuds vont se coincer dans le dos. Bref, vraiment j’insiste, ne cédez pas. Il y a de superbes maillots très girly pour les filles (8). Emmenez-la chez Decathlon ou mieux, laissez-la choisir le modèle qui la tente sur Internet en orientant savamment ses recherches.
  • La plupart des magasins proposent des kits pour les enfants : un bonnet de bain et des lunettes dans un petit sac (5). Pour un prix très abordable, c’est assez pratique. Si vous voulez leur faire plaisir, il existe maintenant un choix très large de bonnets de bain avec leur héros préféré (6), par exemple…
  • Des brassards au top > j’ai trouvé depuis 2 ans les meilleurs brassards de l’univers (9). Oui. Plus besoin de perdre un poumon sur le rebord de la piscine à gonfler ses satanés brassards. Plus besoin non plus de perdre votre patience à dégonfler les mêmes satanés brassards avant de les glisser dans votre sac en repartant. Ceux-là sont en mousse et recouverts d’un film en PVC. Ce sont des disques, reliés par des boutons à pression. Pour les bébés, on gardera les trois disques à chaque bras. Et en grandissant, on enlèvera les disques au fur et à mesure. Par contre, je ne les ai jamais trouvés en magasin. Mais Amazon livre gratuitement… Il faut compter une trentaine d’euros pour le jeu de six disques (donc, par enfant) mais croyez-moi, ils les valent.

5 • Et après…

N’espérez aucune coopération de leur part. Après la piscine, ils seront nazes et affamés. Pensez à glisser un petit paquet de gâteaux dans votre sac. Il est midi ? Ils n’auront plus faim à table ? Tant pis. Ils ont faim MAINTENANT. Vous aussi, non ? N’oubliez pas de prendre un paquet de lingettes pour nettoyer les museaux et les mains de vos petits gourmands…

Alors, prêtes pour le grand saut ? En rentrant, vos enfants seront tellement nazes qu’ils ne refuseront pas une bonne sieste. Vous l’aurez bien méritée !

174 / Ils nagent…

Veinards parmi les veinards, nous avons une piscine dans le jardin.
Chauffée.
À 30 °C. C’est que je déteste avoir froid…

Autant vous dire que chez nous, presqu’avant de savoir marcher, nos petiots savent nager.
Ils se défoulent, ils barbotent, ils jouent et pendant ce temps-là, j’ai un semblant de paix.
Alors quand l’Odyssée a ouvert ses portes à Chartres (en 2009 je crois), on n’a pas réfléchi trop longtemps avant de se dire qu’on allait y inscrire les garçons.
Avoir à deux pas le plus grand complexe aquatique de France, c’était pour nous la chance de faire profiter nos mômes d’un équipement au top (avec des vestiaires propres…).
Mon aîné a 12 ans, il a donc commencé les cours à 7 ans. Une fois par semaine, le mercredi. C’était chouette.
Et puis, au bout de 3 ans, les profs m’ont dit :
– Vous devriez essayer de les mettre au Club maintenant, ils feraient quelques compétitions, ça devrait leur plaire. Ils ont le niveau.
OK, en bonne championne de la file d’attente qui dure 3 plombes ( !), je les ai donc inscrits au club.
Là, le boss m’a dit :
– On propose jusqu’à 4 entraînements par semaine. Vous faites comme vous voulez mais plus ils nagent, plus ils progressent.
On a alors opté pour deux entraînements chacun (le mercredi et le samedi, ça nous semblait jouable).
Bien sûr, les 2 garçons n’avaient pas leur entraînement à la même heure, sinon c’est moins drôle, mais on a géré (oh merci mon mercredi-raviolis !).
Notre n° 2 a commencé les compéts. Il avait 8 ans. À chacune, il nous ramenait des médailles. On disait youpi, hourra, bravo mon fils. Point. Il avait l’air content. Nous aussi.

En septembre dernier, on nous a fortement conseillé de passer à 3 entraînements par semaine. N° 1 en 5e, n° 2 en CM2, un soir dans la semaine en plus.
En février, l’entraîneur de n° 2 l’a sélectionné pour faire partie de la section-sport pour son entrée en 6e (à mon époque on disait « sport-études » mais c’était au siècle dernier).
Là, on n’a rien compris. J’avoue qu’on n’avait rien vu venir.
On en a beaucoup discuté. Je suis allée à la réunion. J’ai au passage bombé le torse en apprenant qu’ils ne sélectionnaient que 4 mômes par an dans le département.
Après moults réflexions, on a décidé, ensemble, qu’il n’intègrerait pas ladite section, en tout cas, pas en 6e. Le plan B pour lui, c’est le lycée, en Seconde. Là, on considère qu’il devrait avoir le cerveau un peu plus rempli… la maturité et l’organisation étant censées suivre. S’il continue à progresser/aimer nager au moins 8 heures par semaine… on réamorcera la réflexion.
DSC00529

Notre n° 1 a, lui, progressé moins vite mais avec au moins autant de plaisir. Le mot « fatigue » ne faisant pas partie de son vocabulaire, il avait besoin de sa dose dans l’eau pour se délasser. Participait aux compéts avec plaisir, revenait sans médaille mais toujours ravi. Je me souviens lui avoir dit plusieurs fois :
– Quand on travaille, on est toujours récompensé. Toujours. Pour certaines personnes, ça vient vite, pour d’autres, il faut attendre mais tu verras, ton heure viendra…

Progressivement, il s’est découvert une vraie passion. Il a enchaîné les entraînements, les stages (avec 2 entraînements par jour à Pâques : 8h-10h et 18h-20h, pas besoin de berceuse en rentrant…), les joies, les déceptions, il a fait de belles rencontres, s’est fait de nouveaux copains, a remis des médailles aux champions en avril, aux Championnats de France, chez nous, à Chartres.
Forcément, ses temps se sont améliorés, ses perfs aussi. C’est donc avec une joie de dingue qu’il est revenu en juin avec 4 médailles d’or autour du cou.

Il a douze ans, on ne s’emballe pas, il sait que ce n’est jamais la natation qui paiera son loyer mais je suis vraiment fière de lui, d’eux parce que je sens, je sais leur joie, (presque) chaque jour, d’aller dans l’eau.

Ils avaient hâte forcément d’y retourner, de revoir les potes et les entraîneurs à la rentrée. De replonger (coucou le jeu de mots à 2 balles) dans cette ambiance-là.
Il y a deux semaines maintenant, après son premier entraînement, le prof de n° 1 est venu nous voir et lui a proposé de changer de groupe.
Celles qui me suivent sur Facebook le savent… il lui a dit :
– Écoute, si tu veux, tu passes dans le groupe au-dessus.
J’avais fait un merveilleux tableau avec les horaires/jours d’entraînement avec copie dans mon sac (je sais, tant d’organisation sidère, je n’en reviens pas moi-même…). Je m’apprêtais à rayer des cases, en ajouter une autre alors j’ai demandé :
– Faut voir. C’est quels jours les entraînements ?
– Jamais le dimanche.
– ???
– Les 6 autres jours de la semaine… Bon, les semaines où ça coince, il pourra ne venir que 5 fois (trop aimable !).

Alors voilà où nous en sommes.
Ce môme qui est à 2 de tension toute l’année, qui perd tout, qui est totalement perché, rêveur… se fixe un objectif de dingue.
On lui a dit :
– La priorité, c’est le collège. Alors on va y aller petit à petit. On tente (enfin TU tentes…) jusqu’à la Toussaint. Si tu supportes physiquement, si tes résultats scolaires n’en pâtissent pas, si tu tiens le coup, on ira jusqu’à Noël. Et si c’est trop, ce ne sera jamais un échec, parce que se cogner 6 entraînements, nager entre 30 et 35 km par semaine à 12 ans, c’est juste énorme. S’il faut revenir à 3 ou 4, tu le feras, et ce sera super bien aussi. De toute façon, on est super fiers de vous.

Il est d’accord. Au passage, je tiens là une maxi carotte qui déchire…
– Quoi, vous n’avez pas fini vos devoirs ? / rangé votre piaule ? / fait vos sacs ? > pas d’entraînement !

Ces mômes m’épatent.
DSC00560

> Pour les abdos, ils disent merci maman papa !

173 / Mon premier dossard

J-2 avant de me retrouver au milieu de 35 000 autres filles à courir 6,7 km, à Paris.
Pour la bonne cause. Pour la bonne ambiance. Et parce qu’il faut bien se lancer…

On y est. Je cours depuis deux ans. En général le dimanche, fin d’après-midi.
Rarement seule. Accompagnée de mes fistons, et/ou de mon homme.
Depuis quelques mois, je cours en musique, ça m’aide bien…

Et puis, au début de l’été, j’ai acheté le magazine Running pour elles, avec un dossier spécial pour les débutantes. Au titre accrocheur > « 5, 10, 20 km : nos bons plans ».
Je me suis dit, ça, c’est pour moi. Il y a des programmes d’entraînement pour ces différentes distances et honnêtement, je connais mes limites mais j’aime aussi l’idée de les titiller et pourquoi pas, les dépasser.
Courir toute seule, c’est super chouette. Mais se fixer un objectif, ultra progressif (et surtout atteignable) c’était le moment pour moi.
Alors quand ma cop’s Émilie m’a dit bon maintenant, il faut que tu t’inscrives à une course. Là, tu es prête. Si tu veux, on fait « la Parisienne » ensemble. J’ai dit banco. (Elle, elle prépare un marathon… Oui, elle est folle mais chut, c’est ma cop’s…)
On s’est inscrites le jour-même et depuis, je m’entraîne. Et contre toute attente, j’adore ça.
Un peu de fractionné, un peu de foncier, le tout sans stress. Deux à trois sorties par semaine, en tout 10-15 km en moyenne (par semaine hein…).
Cet été en plus, c’était bien pratique, les vacances, les longues soirées d’automne, la fatigue en moins.

Alors voilà, à J-2, je sais que je suis prête. Et j’ai hâte de découvrir l’ambiance…
Ce matin, j’ai donc fait ma Parisienne avant l’heure et je suis allée récupérer nos dossards.
Je serai donc n° 19 720…
dossard_Parisienne_det2
Dimanche 14 septembre, je porterai mon premier dossard. Je ne dis pas que c’est le premier d’une longue série. Mais j’ai hâte d’y être.

Je reviendrai vous raconter tout ça… Mais en attendant, racontez-moi, est-ce que vous aimez courir ?

171 / Hashtag « la rentrée » > bis

Donc, ça y est, on a repris le rythme infernal
Ma Chouette (3 ans) a fait sa première rentrée (avec des grosses larmes les deux premiers jours mais je l’ai amadouée depuis hier en lui promettant une sucette le soir si elle ne pleurait pas !). Et ça marche (je sais, c’est mal…).
La Luciole (en grande section) est comme un poisson dans l’eau, n° 3 (en CE1) carbure toujours à 2 à l’heure mais ça va bien.

N° 2 est en 6e (oh yeah !). Il a une bonne classe, des profs sympas.
La classe de son frère (n° 1, en 4e) a été éclatée et a priori il n’a pas perdu au change.

On n’attend plus que les horaires des entraînements de natation et des cours de guitare et on sera au taquet.

Et vous ? Est-ce que tout s’est bien passé ?

Ce matin, j’ai commencé la journée, une fois n’est pas coutume, par sortir courir.
Il faisait déjà chaud mais j’ai tenu bon.
C’est qu’on est à J-5 de la Parisienne. Je suis prête…
6,7 km au milieu de 35 000 nénettes dans Paris, pour la bonne cause et la bonne humeur.
J’ai hâte !

Après l’automne en août, voici l’été en septembre, comme ça, sans prévenir…
Par ici, on apprécie !

C’était Val, en mode « je positive ». À vous les studios !
shoes-detoure-ok

166 / Ce que je partage avec elle

[Je glisse ici une bien jolie musique au titre de circonstance, signée Coldplay > « Always In My Head »]

Je déteste les Lego, je ne joue pas non plus à la poupée, et vu que j’ai deux mains gauches, j’évite les raquettes… Nullissime au foot aussi.

Par contre, depuis douze ans, chaque soir je prends le temps de m’asseoir dans le petit fauteuil rouge et je câle le petit dernier sur mes genoux. Il/elle choisit le livre. De temps en temps, j’essaie de sauter des pages mais ils connaissent mes mauvaises ruses… On cuisine ensemble, on fait des gâteaux, beaucoup de gâteaux. Au chocolat parce qu’il est inratable et totally delicious. Et aussi parce que je suis la plus gourmande de nous 7 mais chuuuut…

Avec mes deux « grands », on court un peu en forêt. Souvent le dimanche. Si tu me suis par ici tu sais que je suis ceinture noire des trajets école > piscine > maison. Avec des variantes école > stade > maison, ou encore maison > cours de guitare > piscine… On profite de tous ces trajets pour parler, se raconter nos journées, confier des soucis, dormir (pour eux hein…), chanter et/ou danser dans la voiture.

Et depuis quelque temps, ma petite blonde danse beaucoup. Elle chante sous la douche et en sortant, me montre comme elle sait faire de jolies pirouettes, des arabesques et des t’as vu maman comme je suis belle quand je tourne… Magnifique ma fille !

Elle sait bien que le jeudi soir c’est MA soirée. Quand je pars en leur faisant le bisou, chaque jeudi elle me dit avec ses yeux qui brillent « tu vas à ta danse ? », oui ma bichette. « Je pourrais venir un jour te voir ? » > N.E.V.E.R !

Je lui expliqué que c’était un cours pour les grands, et que si elle voulait peut-être qu’un jour elle aussi elle pourrait faire de la danse… Pas tombé dans l’oreille d’une sourde.

– C’est quand un jour ? 

Il y a deux semaines, j’ai réservé deux places pour elle et moi. Rien que toutes les deux. On est allées voir le spectacle du Conservatoire où je prends mes cours. Elle était prête à 14h. J’ai eu beau lui dire « Lulu, oh ma craquotte, c’est CE SOIR le spectacle, après la douche tout ça… ». Oui-oui je sais…

On est arrivées à l’heure, elle a serré son ticket dans la file d’attente, elle s’est assise confortablement, a posé son blouson à ses pieds et n’a plus bougé. Bouge-bée elle a regardé les petiotes avec leurs tutus bleus, les moyennes avec les mêmes mais en rose… et puis les grandes…

Waouh ! Elle a ouvert grand ses yeux bleus quand le final est arrivé parce que, même moi j’ai fait « waouh ! »… Magique. Cette soirée était totalement magique pour ma petite mignonne de cinq ans. En se levant, elle m’a juste dit « j’aurais bien aimé danser sur la scène moi aussi ».

Alors jeudi j’ai fait ce que je m’étais pourtant juré de ne JAMAIS faire. Seulement voilà cette môme me fait fondre. J’ai envoyé un sms à mon prof « Est-ce que tu m’autoriserais à amener ma fille ce soir ? ». Elle est rentrée de l’école un tantinet ronchon. A pris sa douche. Et puis je lui ai dit :

 Bah qu’est-ce que tu fais Lulu ? Pourquoi tu mets ton pyj ?

Elle a dû croire que j’avais fumé du crack ou pas assez dormi  et m’a regardé l’air de dire « bah quoi, je fais ce que je fais tous les soirs… »

 Ah mais ma Lulu, si tu veux venir au cours de danse, faut t’habiller…

 Tu veux dire à TON cours de danse maman ?

 Yes poupée.

 Tu veux bien ?

 Nan, je déconne. Garde ton pyj c’était pour la blague… Mais OUIIIIIIIII, allez viens, je t’emmène ce soir !

Alors là, en deux secondes, je suis redevenue la meilleure mère du monde. Meilleure même que celle de sa cops Maya qui pourtant met la barre méchamment haut, vu qu’elle prépare tous les soirs des gouters fabuleux pour sa petite et que EN PLUS, elle met des robes, elle ! Désolée Sophie mais jeudi soir donc, c’était moi la number one, top of the top de la mère qui déchire ! Hey, hey… Le bonheur ça tient à si peu de choses parfois !

Enfin bref, nous voilà parties… En arrivant, elle a fayoté à mort auprès du prof, tiens je t’ai fait un dessin (avec des cœurs le dessin, maline la moufflette…) et j’ai mis mon nom là tu vois aussi, bah oui je sais l’écrire, j’ai cinq ans. Nan c’est gentil, je veux pas regarder par contre je veux bien danser avec vous. Non non ça va j’suis pas fatiguée…

Elle a suivi le cours entier. Pas trop loin de moi mais pas collée non plus… Elle a dansé, elle a souri, elle avait les yeux qui brillaient. En repartant, elle a serré très fort sa toute petite main contre la mienne, m’a dit « merci maman, c’était génial tu sais ». Oui je sais ma douce, c’était vraiment génial…

 

164 / Courir en musique > ma play-list

 

Donc, pour les deux du fond qui n’ont pas suivi… par-ici, on court !

Toute la journée, comme tout le monde, on (je…) court pour déposer/récupérer les mômes à l’école/à la piscine/à l’athlétisme…

Mais le week-end, je cours pour le plaisir. Eh oui, ne te frotte pas les yeux, même si ça a été très long, maintenant, je cours par plaisir. Yes, I did it !!!

Faut dire qu’on est cernés par les VRAIS coureurs. Moi qui ne suis qu’une toute petite coureuse du dimanche, autour de nous, on a des maboules copains marathoniens… et même un martien qui prépare un Iron-Man. Késako ? Oh trois fois rien, une sorte de triathlon ridicule qui te (lui) fait enchaîner 3,8 km de natation, 180 bornes à vélo et boucler cette petite marrade par un marathon (42 km). Vala. (Guillaume, tu as mon respect éternel…).

Nos deux aînés courent aussi plutôt bien alors ils m’accompagnent. À oins que ce ne soit l’inverse… Ils sont loin devant maintenant mais comme ils sont encore mignons (12 et 10 piges), ils refont la boucle et m’attendent au point de ralliement… Faut dire qu’ils ont des jambes toute neuves, eux (12 et 10 ans, donc… oui, je sais j’insiste) !

Mon homme s’entraîne trois fois par semaine, il fait du fractionné de la mort qui déchire. Mais comme il est bionic (jamais fatigué, zéro courbature…), il est toujours partant et rentre avec la banane après deux heures de course. On n’est décidément pas fait pareil… Je me suis mise à la course à pieds parce que c’est simple. Pas de terrain/salle à réserver, pas besoin de binôme, ni de beaucoup de temps. Les shoes sont toujours prêtes (elles…) et l’investissement de départ reste raisonnable. On a la chance d’avoir un excellent magasin Endurance à Chartres, et j’ai donc pu me faire conseiller ET garder mes reins quand j’ai voulu me lancer…

L’équipement de base :

• Pour une bonne paire de chaussures, il faut compter quand même une centaine d’euros (mais on en change tous les 1 000-1 500 km donc, ça laisse une certaine marge…) À raison de 10 km par semaine, des chaussures de running peuvent durer deux ans.

• Un bon pantalon (ou short), il existe aussi des jupettes/short presque glamour

• Ne pas négliger une brassière (même si tu n’es pas blonde à forte poitrine). Je suis sortie une seule fois sans et j’ai compris mon erreur…

Image

Équipement de compét. Faut bien…

Et zouh ? Bah moi pour me motiver, je cours en musique. Là, je n’ai rien investi, je télécharge les musiques sur mon IPhone, je crée donc facilement des play-lists spéciales « Objectif motivation » pour mes sorties running. Parce qu’il m’en faut. De la motivation…

Je viens de m’en faire une spéciale « Summer is back », alors je partage :

1/ Hey ya ! (Outkast)

2/ Can’t Hold Us (Macklemore & Ryan Lewis)

3/ Lift Me Up (Moby)

4/ Diamonds (Rihanna)

5/ Candy (Iggy Pop)

6/ Envoi (Absynthe Minded)

7/ Locked Out Of Heaven (Bruno Mars)

8/ Au bord des océans (Gaëtan Roussel)

9/ Darling Are You Gonna Leave Me (London Grammar)

10/ Desintegration (The Cure)

Alors dis-moi, elle te plaît cette petite play-list ? N’hésite pas à ajouter ton grain de sel avec tes morceaux favoris. Je suis preneuse ! L’avantage, c’est qu’elle est multi-fonctions > bien agréable aussi en voiture, en poussant le caddie ou dans le train…