194 / La question de l’argent de poche pour les enfants

Pendant longtemps, en ce qui nous concerne, la question ne s’est pas posée. Nous habitions en rase campagne, aucun commerce accessible à pieds, pas même une boulangerie pour acheter des bonbecs, encore moins une boutique pour dépenser des petits sous. Rien de tentant. C’était facile. Les enfants n’avaient pas d’argent de poche, pas besoin.

Et puis, fin d’année, nous avons déménagé. A la ville. Boulangerie au bout de la rue, boutiques et magasins de jouets en centre-ville, à portée de leur skate-board.

La première semaine (euphorie mon amie nous voilà !), nos deux collégiens m’ont dit maman tu voudrais bien nous donner un peu de sous pour la boulange… ? Dans ma grande bonté, je leur ai donné deux euros chacun, ils étaient joie et bonheur, et nous aussi.

Mais deux euros par enfant et par jour, NO WAY !

Oui, parce que figurez-vous que je fais partie de ces dinosaures qui convertissent encore parfois en Francs (tu sais, cette monnaie du siècle dernier…) Je sais c’est mal mais donc, 2 € ça fait environ 13 Francs, fois 2 > 26 F (merci, vous suivez), fois 5 jours d’école, pile 130 balles, en bonbecs donc. Négatif !

J’ai donc expliqué à ma descendance que 2 euros, ce serait de temps en temps, mais absolument pas tous les jours.

Et sur quels principes ? De quoi ça dépendrait ? Des bonnes notes ? Bref, comme dit ma cousine, la famille ne ressemble en rien à une démocratie (JE suis le chef, JE décide), (disons que je partage le trône avec mon homme, leur père, qui à l’occasion, manifeste également son autorité) donc NOUS décidons à deux, pour nous sept. Vala…

Alors depuis janvier (et sur les bons conseils de nos cousins basques adorés), nous avons décidé de donner à nos deux aînés un peu d’argent de poche. Oui mais combien ? La même somme pour les deux ? Et puis de l’argent de poche pour tous les craquages, pour les fringues ? Ici, nous avons choisi de leur donner quelques sous, histoire :
1/ qu’ils se rendent compte de la valeur de l’argent (vaste programme)
2/ qu’ils gagnent en autonomie
3/ qu’ils ne réclament pas tous les quatre matins.

Nous avons donc décidé de leur donner chaque mois, l’équivalent de leur âge en monnaie sonnante et trébuchante. L’aîné touche treize euros (puisqu’il a treize ans, bravo, vous suivez toujours !), son frère onze. Ça nous paraît réglo. Ni trop, ni trop peu.

Entendons-nous bien. C’est toujours moi qui les nourris, qui les habille, qui achète les fournitures scolaires, qui paie les pompes, les activités sportives, les cours de guitare et les petits plaisirs divers et variés. MAIS, maintenant, quand le samedi matin en faisant leurs devoirs, je me rends compte que le 32e stylo Pilot acheté depuis septembre (puisqu’il s’efface sans laisser de trace, bonheur !) a ENCORE été perdu, ou qu’il est tellement machouillé qu’inutilisable, je leur fais comprendre que l’argent ne poussant ni dans notre jardin ni sous mon clavier, je vais arrêter d’être fournisseur sans limites. C’est ainsi qu’ayant ENCORE paumé sa clé USB la semaine dernière, mon aîné s’est vu contraint d’aller LUI-MÊME s’en acheter une, avec SES sous. Là, mon petit doigt me dit que sa clé USB, il va en prendre soin.

C’est donc gagnant-gagnant comme disait Ségolène.

Maintenant, ils ont même le réflexe, quand quelque chose leur fait envie, de dire, quand j’aurai réussi à économiser plus de sous, je pourrai me payer telle ou telle chose… CQFD

Eduquer nos mômes, c’est aussi leur faire prendre conscience de la valeur de l’argent. J’ai des amies qui donnent beaucoup plus, d’autres qui ne donnent jamais. Dans certaines familles, les grands-parents donnent beaucoup, à Noël ou aux anniversaires, certains ont déjà des comptes en banque. Il doit y avoir autant de cas que de familles et chacun fait bien comme il veut. Je ne juge pas, je témoigne de notre point de vue.

Et notre opinion est largement influencée par le fait que nous sommes sept. Je crois que si j’avais deux enfants, je leur donnerais sans doute plus d’argent de poche. Je craquerais aussi plus souvent pour un sweet bidule ou les dernières baskets à la mode. Mais à sept, c’est moins envisageable. On compte et on les incite à en faire autant. C’est pas gagné d’avance, mais c’est un principe auquel on tient. Ça s’appelle le partage je crois…

Et vous ? Vous faites comment ?

argent-de-poche

2 réflexions sur “194 / La question de l’argent de poche pour les enfants

  1. Mon fils de treize ans est parti une semaine en Angleterre avec 50 livres. Il a d’abord été effrayé par le montant puis est parti plus soulagé quand nous lui avons dit que nous lui faisions confiance et que cet argent était pour qu’IL puisse se faire plaisir.
    Il a finalement passé beaucoup de temps à chercher des présents pour nous tous (nous sommes aussi 7 en tout !)…
    Donc pour lui pas encore d’argent de poche mais des occasions particulières où il peut se gâter et faire partager..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s