172 / C’est quoi cette mode des chansons en « franglais » ?

Oui, je te le demande !

Je sais bien, ce n’est pas nouveau… mais j’ai l’impression (du moins mes oreilles ont cette impression…) que la tendance s’accélère ces derniers temps…

Que des chanteurs français se mettent à chanter dans la langue de Jane Birkin dans le but non dissimulé de s’exporter et de titiller le marché évidemment plus juteux des ondes outre-atlantiques, passe encore. Quoi que. Vu leur accent…
Quand des artistes anglophones s’essaient au français, force est de constater qu’on tend l’oreille pour bien comprendre. Honnêtement.
Mais quand ils se mettent à mélanger l’une et l’autre dans une seule chanson, là, franchement, ça frise le ridicule.

On a eu droit cet hiver à « Jenny » de Gérald de Palmas, en français mais avec des refrains en anglais. Je voudrais qu’on m’explique… Ça sert à quoi ? « I write this song for you… Oh Jenny I love you… ». Faut croire que les mots d’amour en français sont moins vendeurs, oups pardon, moins « in »…

Et depuis quelques jours, on nous passe en boucle sur les ondes « Chou Wasabi », le nouvel extrait de l’album LØVE de Julien Doré, ici en duo avec Micky Green. Le titre alternant paroles en français et en anglais.
C’est pourtant rudement chouette, la mélodie, la poésie, la jolie bobine des anciens amoureux du clip… Mais bon sang, je veux bien aller passer 2 ans à Sydney si Micky Green s’installe en France et améliore son français parce que moi, quand elle chante en français (au dernier refrain), je ne comprends rien. Que dalle. Nada. En un mot, nothing (oui, je ne suis pas à une contradiction près…).
On ne va pas se mettre à comparer l’incomparable, mais si un écrivain se mettait à nous livrer un chapitre en français et l’autre en anglais, on trouverait ça absurde, non ?
Là, ça me fait un peu le même effet…

C’est pas bien grave me direz-vous. Il y a moults choses plus fâcheuses ces temps-ci.

Mais Julien, si tu me lis, je voudrais juste te dire :
« Chéri, je t’aime de moins en moins »…
Je ne traduis pas, je crois qu’on se comprend.

Et d’ailleurs, je viens de découvrir la chanson « Ça fly away » du groupe Archimède qui m’a bien fait glousser seule au volant l’autre jour et dont je partage le propos, tu l’auras compris, alors la voici.

Extrait du refrain :
« Et ça fly away
Comme un niais
Et ça want to go
Like a blaireau
Et le pire c’est que nous ça nous plaît
Vu qu’on a le niveau d’anglais
D’un 5e techno ».

Fin du petit coup de gueule. Tu peux maintenant reprendre une activité normale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s