167 / 17 minutes interminables

La semaine dernière j’ai dit à mon homme, je sais que je vais mourir avant toi, parce que mon cœur est en suspens, parce que j’ai trop souvent peur pour eux, parce que je ne dors plus la nuit alors il faudra leur dire comme je les aimais, comme ils étaient absolument tout pour moi, comme ils illuminaient ma vie, comme ils m’ont donné des ailes…

Je vous rassure tout va bien, à part des envies de sucre/chocolat à toute heure de la journée, j’ai l’impression d’être en bonne santé. Je cours, j’ai commencé d’ailleurs mon mini-entraînement pour La Parisienne (fin septembre), je nage, je respire bien.

À part samedi, vers 17 :50.

Nous sommes allés tous à Chartres samedi, la ballade du week-end, on passe faire un coucou aux copains, on traîne dans les rues piétonnes, on salue la cathédrale.
Les trois petits avancent sur leur trottinette. Chacun la leur forcément, on n’a plus besoin de poussette maintenant…
Fin de journée, ils alternent les « on peut avoir une glace ? », avec les « maman, tu peux nous acheter des élastiques » (> Rainbow loom…).

La Luciole a commencé à couiner parce que je refusais d’acheter le 500e paquet d’élastiques…
Alors j’ai serré sa petite mimine et lui ai dit :
– Allez, viens, on va aller toutes les deux faire un tour chez Okaidi.
(Je suis faible…)
Mon homme a enchaîné :
– OK, pendant ce temps, je leur achète des glaces.
(Il est faible aussi…)

Nous voilà parties toutes les deux. Bonjour Okaidi. Un petit tour et on s’en va (merci les soldes).
Au retour, mon homme nous rejoint et me tend deux glaces au chocolat.

– Tiens, donne-leur vite, ça coule…
– Elle est où la petite ?
– ??? Avec toi non ?
– Non.

Mon cœur s’est alors arrêté. Immédiatement j’ai pensé, ça y est, je l’ai perdue. Pour toujours. Ce moment-là, je le redoute depuis toujours. Il vient d’arriver. Un dingue est passé, lui a mis un mouchoir de chloroforme sur la bouche et me l’a prise. Je ne reverrai plus jamais ma petite brune, ma râleuse, ma mignonne de trois ans à peine, je ne la verrai pas grandir, je ne connaîtrai pas ses enfants, je ne sais pas si elle aura son Bac, si elle épousera un marin pêcheur (elle adooooore passionnément le poisson…), il manquera désormais le 5e doigt pour fermer cette fratrie/tribu que j’aime tant.
J’ai fermé les yeux, regardé leurs 4 bouilles sous le choc et j’ai dit :
– Vous ne bougez pas. Papa et moi on va la chercher. Si vous la voyez, vous la gardez et vous nous attendez mais VOUS NE BOUGEZ PAS.

Mon homme est parti dans un sens. Moi dans l’autre. J’ai refait le chemin inverse. Me suis arrêtée dans les boutiques :
– Vous n’auriez pas vu une petite brune, 3 ans, à trottinette ?
Mais non, forcément, personne ne l’avait vue. C’était sûr, on me l’avait prise.

J’ai rejoint les autres une première fois.
Ils m’attendaient pleins d’espoir. Tu l’as ? Non. Et papa ? Non plus.

Putain c’est pas vrai. Pas maintenant. Comment je vais vivre moi sans elle ? Et eux ?

Mon homme est revenu, il m’a dit t’inquiète pas on va la retrouver mais je sais bien qu’il disait ça pour ne pas me voir craquer.
Il a disparu à son tour.
18 :03, il m’a appelée.

– Je l’aie ! Elle est sur la Place des Epars. Elle tourne à trottinette. Elle va bien.

Mon cœur s’est alors remis à battre, à croire, à tambouriner.
J’ai refait surface. On a frôlé la catastrophe alors mes mômes pourront bien m’empêcher de dormir encore 100 ans, ils sont ma vie, mon souffle, mon énergie.

>> Par contre, faudra pas trop abuser non plus, j’ai mon compte en émotions fortes ces temps-ci…

6 réflexions sur “167 / 17 minutes interminables

  1. J’ai vécu pareille situation il y a quelques années quand j’étais enceinte de mon n°5. Nous étions à la côte. Je nettoyais l’appart avant le grand départ et l’hOmme a perdu n°3 qui était âgée de 3 ans également. 2 heures interminables à la chercher aidée par la police. J’ai cru que j’allais y laisser ma vie….

  2. Ho la la la Val quelle frayeur!! J’ai vécu cela aussi avec Abel il y a 2 mois. Ça a duré a peine 15 secondes dans une galerie commerciale mais mon sang n’avait fait qu’un tour comme on dit. Ils ont tellement vite fait de partir sans se soucier a cet âge là. Des Bisous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s