160 / J’ai testé le sport deux jours de suite…

Figure-toi que je suis sportive.

Bah oui.

Enfin… j’étais. Au siècle dernier, avant d’avoir mes 5 zozos. Toute petiote, j’ai commencé la danse. Classique. Puis moderne. Ado, j’ai pris aussi des cours de claquettes. Quel pied ! (Oui bon je sais, elle est facile celle-là).

Au collège, un peu de sport co mais j’ai vraiment deux mains gauches, alors j’ai assez vite abandonné les sports de ballon… J’avais essayé l’athlétisme mais je n’aime que la vitesse…

Bref, je danse. Au lycée, je prenais des cours tous les jours, même le dimanche. J’avais intégré une petite compagnie et on s’éclatait. « Jeune adulte », avec le boulot en plus, j’avais réussi à conserver un cours par semaine. Jusqu’à la naissance de mon n° 2. Mais là, le trio infernal « fatiguée-débordée-pas le courage » a eu raison de moi.

À la naissance de la Luciole (n° 4) , j’avais même fini par jeter toutes mes affaires de danse… Mais une de mes bonnes copines m’a envoyé un mail, il y a trois ans (je venais d’accoucher de la Chouette) :

– Les filles, un cours de contemporain se crée au Conservatoire à la rentrée. Allez, on envoie valser notre fatigue, on confie les mômes à nos hommes un soir par semaine et on s’y retrouve. Comme quand on avait 15 ans. Ok ?

J’ai réfléchi au moins quatre secondes. Et j’ai répondu OK avant qu’il ne soit trop tard, avant que mon dernier neurone ne me dise « mais t’es dignue ou bien ?!!! ».

Depuis presque trois ans donc, chaque jeudi soir, je retrouve mes copines et ensemble, on danse. Pas comme quand on avait quinze ans, mais avec toujours la même envie, les mêmes efforts, et au final, le même pied. Je t’en avais parlé .

Mon homme, lui, est un VRAI grand sportif. Il a fait beaucoup beaucoup de volley, mais depuis quelques années (toute ressemblance avec sa femme tout ça…) il a lâché le ballon. Alors il court. Parce que c’est simple. Besoin de rien ni de personne. Une bonne paire de baskets et go. Trails, semi-marathons…

Depuis deux ans, grâce à lui, je me suis achetée l’équipement et chaque fois que je peux, je pars courir. J’embarque les garçons avec moi. À 12 et 10 ans, ces petits cons brindilles courent bien plus vite et bien mieux que moi mais on est ensemble. Sans les petits. Rien que nous. On partage ma souffrance ce moment et on se régale.

Eux, ils nagent comme des poissons. Je reviendrai d’ailleurs te dire pourquoi on a finalement décidé que notre n° 2 n’intégrerait pas la section sport-études. En tout cas, pas à la rentrée prochaine…

Le mercredi après-midi, il (le n° 2) fait de l’athlétisme. Je le dépose, j’en profite pour faire une course ou je le regarde. Au même moment, il y a un cours pour les adultes. Un peu de course à pieds, haies, javelot, sauts…

Depuis cet hiver, ma copine me dit :

– Mais pourquoi tu viendrais pas avec nous ? Puisque tu es sur place ?

Hein, c’est vrai ça ? Pourquoi ???

C’est que j’avais des super bonnes excuses moi madame :

1. D’abord bah, l’hiver, ça meule quand même… (Ok, excuse non recevable…)

2. Euh, ah et aussi bah j’en profite pour faire des courses… (Ah, ça ne marche pas non plus ? Je vais faire des économies… ok.)

3. J’ai cours de danse le jeudi alors tu vois deux jours de suite, ça va être dur… (Punaise, c’était la SEULE vraie excuse mais elle me l’a démontée « Oh mais justement, tu seras en super forme, allez viens… ».)

Donc, le mercredi après-midi, je cours, je sue bordel, je saute, je râle… mais je m’éclate !

L’ambiance est extra (hier après-midi, on a fini le cours pas un petit-goûter… tu vois, on trime à mort !). On a toutes grosso-modo le même niveau, on s’encourage, on se raconte notre semaine enfin bref, c’est chouette.

Le jeudi matin, je sers des dents et je me tartine de lotion anti-courbatures, je prends de l’Arnica et je prie pour que le prof de danse soit en petite forme…

On commence toujours le cours par une barre au sol. Alors, je sais que j’ai un petit quart d’heure un peu cool. On s’étire, on s’échauffe gentiment… et après, bah après je te cache pas que je maudis ma copine de l’athlé…

Jeudi dernier, le prof a dû apercevoir une de mes grimaces pendant l’échauffement…

– Ça va Val, t’as l’air d’avoir mal ? Commence molo si ça tire hein. Tu es sûre que ça va ?

– Écoute, ça va nickel. J’ai les cuisses en feu et le dos en vrac un peu mal aux guiboles mais je t’assure, je vais bien. Plus, ce serait indécent. Crois-moi.

Le vendredi matin, mon homme a un peu pitié.

– J’emmène les p’tits à l’école ce matin, ok ?

– Ouais, bonne idée. Merci.

Je te laisse, je vais avaler le flacon d’Arnica. J’ai cours de danse ce soir…

Équipement de pro…

Équipement de pro…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s