153 / Au cas où…

Pendant dix ans, ces belles années durant lesquelles j’étais enceinte, ou j’avais l’envie de l’être, il y a certaines choses que je m’empêchais de faire. Au cas où…

Quand on prévoyait nos vacances, on se disait avec mon homme « pas trop loin, au cas où… ».

Si je devais faire une compét sportive, des stages de danse ou partir en week-end un peu-beaucoup très actif, j’hésitais toujours. « On » hésitait.

Et si je tombais enceinte entre-temps…

Pendant toutes ces années, j’ai fait plutôt attention, parce qu’on a tellement attendu notre premier, qu’on se disait que si un bonheur devait arriver, ce serait fou de la gâcher pour un week-end entre potes ou une escapade à l’autre bout du monde.

Et pourtant, je suis vraiment de celles qui voient le verre bien plein, qui ne pensent pas au pire.

C’est fou comme de l’attente naît le doute, cette petite fissure, ce profond manque de confiance qui finit par te ronger et  te faire perdre espoir.

D’ailleurs, mon gynéco me disait toujours de surtout continuer à vivre normalement.

C’est ça. Normalement. Mais qu’est-ce qui est « normal » ? Moi, je n’avais pas la recette. Mais j’aurais bien aimé ne pas penser « qu’à ça ».

L’autre soir, mon homme m’a demandé si j’avais envie d’un autre bébé. Je lui ai répondu que j’étais super naze comblée avec notre tribu, et que non, je n’en voulais pas d’autre.

Pas spécialement par manque de courage. Mais je trouve qu’on est au complet. Nos cinq zouaves nous ravissent et nous épuisent en alternance… je sais toute la chance que nous avons de les avoir et je la savoure (même si je hurle toujours autant…).

Alors maintenant, on va pouvoir profiter de cette vie-là. Prendre soin d’eux, de nous. (Puisque je suis intimement convaincue que l’un va avec l’autre…).

Les voir grandir. Gérer leur pré-adolescence (que c’est dur…) et leur dire et leur redire notre amour.

Prendre le temps de faire de jolies tresses à ma petite blonde le matin.

Expliquer à notre aîné qu’on a eu douze ans aussi…

Redire au « moyen » qu’il faudrait vraiment qu’il arrête de se comparer à ses « grands » frères qui ont presque 4 et 6 ans de plus que lui, et qu’il est donc normal qu’ils soient « plus forts » et « plus grands » que lui. Pour l’instant.

Pleurer de rire quand la petite dernière nous fait des grimaces à table pour se faire remarquer et profiter.

Écouter notre fils jouer de la basse mais lui demander (calmement) de fermer la porte…

J’ai pris deux résolutions pour 2014.

1/ Ranger davantage > à la demande de mon homme…

2/ Moins râler.

J’ai tenu 2 heures.

Mais j’ai promis de persévérer. Et je compte bien faire l’effort.

Ils le valent bien.

 

Je vous souhaite à toutes (et tous) une délicieuse année.

Des nuits sans Kim Wilde réveils intempestifs et des grasses mat’ de dingo.

Des grossesses de rêve pour celles qui en rêvent.

De la gestion de crise digne des meilleurs guides sur l’Éducation.

De l’amour en barre.

Du rêve encore et toujours.

Et de la tendresse, beaucoup de tendresse.

Au cas où…

67038_517286518334089_873339177_n

  © Colour your life

7 réflexions sur “153 / Au cas où…

  1. Très belle et joyeuse année aussi. J’aime beaucoup ton billet, je éprends aussi toute la mesure de ma « chance ». Sur mes 5 enfants, un seul a été programmé (on a compris depuis, je suis allergique à la pilule et aux stérilets, enfin, pas à eux directement, à ce qu’il y a dedans). Je n’ai jamais fait « au cas où ». Ça a du être très contraignant à vivre.

  2. Merci Pomdepin. Oui, c’était contraignant, mais c’était pour la bonne cause… Maintenant, on profite ! Très belle journée à toi.

  3. De jolies à toi et à ta tribu pour 2014 Ton post me fait sourire… Je ne rêve pas d’une grossesse de rêve mais d’une grossesse tout court 😉 et je prends tout le reste. Bizettes

  4. Merci Cloudy. Je sais bien qu’une grossesse « tout court » te ravirait mais comme c’est la période des vœux, autant mettre la barre un peu haut alors tant qu’à faire, je te souhaite de vivre très vite une grossesse radieuse. Bises à toi aussi et très beau week-end.

  5. Pendant les années de PMA c’est toujours ce que je me suis dit, ne rien faire, ne rien programmer au cas ou !! Au cas ou je serais enceinte.. J’en ai loupé des moments !! Et puis ELLE est arrivée, et notre vie a prit un nouveau tournant, et maintenant moi aussi j’ai des projets !!! Pas dizaines, pas centaines !! Mon plus gros projet est d’ordre professionnel, et c’est un gros défi qui arrive, mais je suis tellement contente

  6. Oui, Maman+3, tout à fait d’accord. On a loupé quelques chouettes moments sans doute mais depuis, on se rattrape. Un projet pro ? Super ! Les défis, c’est de l’adrénaline en barres. Je croise les doigts pour toi alors.

  7. Pingback: 177 / 10 choses que vous ne savez probablement pas | de 5 à 7

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s