118 / Les promesses

J’ai croisé les doigts dans mon dos assez souvent quand j’étais petite, toute petite, pour faire avaler pas mal de couleuvres à qui voulait bien les entendre.

J’te promets de te prêter ma robe à fleurs si tu me donnes toutes tes billes là maintenant tout de suite. Tu promets pour de vrai ? Mais oui vas-y c’est bon là, file tes billes…

Index et majeurs croisés dans le dos, une promesse pas tenue, rien de grave.

J’ai promis plein de choses depuis. J’ai réussi à en tenir beaucoup. Mais pas toutes.

J’ai cent fois promis à ma mère de me faire la malle plus tôt que prévu si elle continuait à me forcer à finir mon assiette. J’ai dit tout bas (pas folle la guêpe), c’est ça, compte là-dessus, tu riras moins quand tu me verras pas demain matin. Cette nuit, je prépare un baluchon avec mon doudou et mon t-shirt préféré et je pars.

Mais comme j’avais 5 ans, ou peut-être 6, j’ai reconsidéré mon propos et puis j’ai terminé mon assiette. Pas si mauvaise en plus, ma mère étant un véritable cordon bleu. Cette fourbe…

Ensuite, à l’approche de l’adolescence, j’ai promis à ma meilleure amie de ne jamais l’oublier. Les mecs on s’en fout, nous deux, on sera toujours copines. Bon ben, j’ai tenu ma promesse. Pas elle.

Alors quand j’ai rencontré mon homme, je lui ai promis de tout faire pour le rendre heureux. Et que tant qu’il me rendrait heureuse, je resterais. Et comme je n’ai plus assez de mes deux mains pour compter les années partagées, je me dis que j’ai bien fait. Qu’on peut raisonnablement considérer que je tiens ma promesse. Lui aussi.

Quand mon fils est né, je lui ai fait promettre de ne pas grandir trop vite…

Oui, comme je suis sa mère, je lis dans ses pensées, lui dans les miennes, enfin, c’est ce que je croyais. À 11 ans, il chausse du 42, ne me toise pas encore mais hein, ça ne saurait tarder…

Enceinte de ma première fille (ma blonde, la Luciole), j’ai promis à ses trois frères, à son père,  à ma mère et surtout, surtout, à moi-même, que cette petite ferait forcément ses nuits plus tôt que les autres. En même temps, le challenge était facile… Elle m’a fait tenir ma promesse. Je lui suis donc éternellement reconnaissante de m’avoir épargnée sur ce coup.

C’est une fille, on se comprend… Enfin pas toujours mais c’est un autre sujet.

J’ai promis (assez bas, je connais mes limites…) de ranger un peu plus. Un peu plus souvent. J’ai menti. Indéniablement.

J’ai promis de moins râler, c’est vrai quoi, tout va bien, bon les gosses m’épuisent un peu mais ce ne sont que des gosses. Là encore, j’ai menti…

Mais quand chaque soir, je pose ma bouche une dernière fois sur chacune de leur petite tête, qu’on s’échange des câlins, des caresses et des mots doux, je sens cet amour plus fort que toutes nos promesses. À moins que ce ne soit ça, la promesse d’un amour fou.

lulu-baluchon

Comme le printemps ne tient pas sa promesse, avec ma Lulu, on se prépare à l’assaut…

2 réflexions sur “118 / Les promesses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s