81 / 2-3 trucs sur l’allaitement

Si tu me suis depuis le début, tu as peut-être déjà lu cet « article » que j’ai écrit en février dernier. 

C’est la semaine mondiale de l’allaitement maternel.

D’après ce que je vois et et ce que j’entends, c’est bien d’en reparler.

On a toutes nos expériences, nos souhaits, nos vies… différentes.

Ça, c’est le récit de la mienne (d’expérience, pas de vie, t’inquiète pas…).

 

Voilà, ça fait un moment que j’y pense alors je voulais te faire partager le fruit de mon intense cogitation au sujet de l’allaitement.

Quand j’étais enceinte de mon premier enfant, c’était il y a 10 ans et je le précise parce que les choses évoluent, les mentalités aussi. C’est bien normal tu me diras ma pauv’ Ginette et tu auras bien raison.

Donc, comme à l’époque je n’avais que moi et mon nombril, j’avais du temps et je me suis pas mal renseignée sur LA chose.

Faut-il, faut-il pas ? Est-ce bon pour la santé du bébé ? La mienne ? La place du père ? Suis-je faite pour ça ? Le regard des autres…

Tout ça, tout ça…

Alors, oui, on dit partout que l’allaitement est ultra bénéfique pour le bébé, que même la têtée en salle de naissance apporte des super vitamines ou que sais-je, qu’on maigrit plus vite (ça compte ça aussi, et sans déc, c’est vrai, enfin, sur moi), que les bébés allaités sont moins malades…

Bref.

Voici donc mon point de vue sur la chose, car j’ai testé les 2 (et depuis je suis une maxi-adepte de l’allaitement maternel) :

 

J’ajoute un détail qui a son importance : mes 5 enfants sont nés dans la même clinique, à Paris. Et crois-moi, en 10 ans, ils n’ont pas tous eu le même traitement de faveur.

– Donc, quand mon fils aîné est né, on va dire pour faire simple que ça n’a pas marché. 

Il ne tétait pas les 2 premiers jours et les sages-femmes m’ont vite fait comprendre (à l’époque) que « quand ça veut pas, ça veut pas », et qu’il fallait donc « compléter » par des biberons.

Oui, autant dire que là, ça a carrément foiré.

Je suis rentrée à la maison au bout de 3 jours avec des seins comme des obus, des crevasses terribles, me demandant ce qui m’arrivait, ne sachant que faire puisque mon bébé refusait de téter.

3 jours de galère plus tard, c’était terminé…

J’en ai pleuré. Je n’ai rien compris. N’ai sans doute pas demandé l’aide dont j’aurais eu besoin.

– Quand 2 ans plus tard, mon second fils est né, presque idem. Enfin, ça a « marché » un peu plus longtemps, disons 3 petites semaines, mais il pleurait beaucoup. J’ai pensé alors qu’il avait faim. Que mon lait n’était pas assez nourrissant… J’étais crevée et quand le généraliste (un homme…) m’a gentiment conseillé de passer au biberon, j’étais presque rassurée. Non, je n’étais pas une mauvaise mère. Oui, ce gosse avait faim.

(Sois patiente, j’ai 5 enfants mais après tu verras, le récit s’accélère…)


– Quand mon troisième fils est né, j’avais 35 ans, j’étais nettement plus zen… J’avais vu aussi des copines qui allaitaient, elles m’avaient fait partager leur expérience, ça aide…

Donc, je me souviens que quelques jours avant l’accouchement, ma sœur m’a posé la question :

« Et ce bébé-là, tu penses l’allaiter ? »

– « Oh la la, ben si ça marche TOUT DE SUITE et que ça n’est pas galère, oui, bien sûr. On verra bien. »

D’ailleurs, pendant les cours de préparation à la naissance, la sage-femme (merveilleuse sage-femme) chez qui j’allais proposait un cours sur l’allaitement.

Là, je lui ai dit :

– C’est quand même dingue d’aller prendre un cours sur l’allaitement. C’est le truc le plus naturel, depuis que le monde est monde, les femmes allaitent et là, au XXIe siècle, faut prendre un cours…

Elle m’a répondu que dans les sociétés africaines ou en Asie, aucune femme ne prend de cours pour allaiter. Parce que ce sont des sociétés de transmission, de parole et d’échanges.

Là-bas, tu as forcément vu ta sœur, ta cousine ou ta tante allaiter. Elle t’a forcément montré quoi faire et ne pas faire…

Dans nos sociétés occidentales, modernes, on n’en parle pas toujours. 

D’ailleurs, nos mères, (je parle pour ma génération, j’ai 40 piges, ma mère en a 65) ont « fait » mai 68. Elles se sont libérées des grossesses non voulues grâce à la pillule. Autant dire que pour cette génération, le biberon, c’était juste génial. Et l’allaitement, de l’esclavage.

Donc, en arrivant en salle de naissance pour mon troisième accouchement, j’ai tout de suite annoncé la couleur.

– Les filles (sages-femmes adorées…), c’est mon 3e, ok, mais considérez que c’est le premier.

Je VEUX allaiter. Je VOUDRAIS qu’on m’aide. 

Et dernière précision, ultra importante qui a changé ma vie

> JE NE SORTIRAI PAS D’ICI AVANT D’AVOIR EU MA MONTÉE DE LAIT !!!

Clair ? Jamais, plus jamais je ne revivrai ça toute seule (enfin, avec Tarzan).

OK. Là (5 ans après le premier) elles ont été PAR-FAI_TES.

D’abord, m’ont foutu une paix royale juste après la naissance.

M’ont conseillée de faire du « peau à peau » tout de suite.

Ont baissé la lumière.

Ne sont pas venues toutes les 2 minutes pour demander :

« – Ça va madame Bidulle ? Et le bébé, il tête ? … »

Non, je savais qu’elles n’étaient pas loin. Et d’ailleurs, quand le petit, mon petit, a remonté son petit museau me faisant comprendre : »J’AI FAIM, t’aurais pas quelque chose pour moi ? », je les ai appelées, elles m’ont aidée, rassurée…

Pas de grand discours. Le simple fait de savoir qu’elles sont là, qu’elles savent ce qu’on vit, qu’elles comprennent nos doutes et que… ÇA VA MARCHER, j’te jure, c’est bonheur…

Ça a donc marché. Idem pour n° 4 et n° 5.

On est donc en principe toutes « faites » pour ça. Enfin, disons que la nature nous a faites aussi pour ça.

Après, c’est une question de choix. Ou de moment. Là, je ne porte absolument aucun jugement. On est évidemment une très bonne mère si on choisit de nourrir son bébé avec des biberons. Evidemment.

J’ai donc allaité mes 3 derniers enfants pendant 9 mois. Ma petite « Chouette » vient d’arrêter. Toute seule. J’ai versé ma larme mais je lui ai dit qu’on en avait bien profité. On se comprend.

Parce qu’en fait, soyons claires, l’allaitement, quand ça marche, que ça n’est pas compliqué à gérer au niveau de l’intendance, que le mari aide, soutient, comprend, c’est juste un vrai grand bonheur.

Mais mes 2 premiers garçons exclusivement nourris aux bibs sont solides comme des rocs, jamais malades (enfin, pas souvent), mangent bien, digèrent bien, dorment bien…

Je n’ai donc pas remarqué de super bénéfices au niveau de la santé des bébés allaités. Par contre, bien sûr, ce sentiment de pur bonheur quand on prend son petit, qu’il tète et qu’il s’endort sur soi, ça n’a pas de prix. La relation mère-enfant est sans doute aussi un peu plus fusionnelle puisqu’on est la seule à le nourrir (putain, jusqu’à 8-10 fois les premiers temps !)… 

Par contre, j’ai tout de suite acheté du bon matos. J’veux dire, des soutifs adaptés, des t-shirts, robes (l’été, hein ?…) d’allaitement, le truc prévu pour.

Et là, je te renvoie vers mon site préféré en la matière.

www.mamanana.com

Il y a également des conseils, des blogs. Sur ce site tu trouveras plein de jolies tenues dans lesquelles TU te sentiras bien, belle et qui seront très pratiques pour allaiter, même en public.

Ah, allaiter en public, vaste débat…

Alors, à ce sujet aussi, j’ai ma petite opinion.

Tu l’auras compris, je suis TRÈS attachée à la loi de l’emmerdement minimum, et ce qui vaut pour moi, vaut pour les copines.

Donc, quand avec mon mari nous étions invités chez des amis (oui, même avec 5 enfants, on peut avoir une vie sociale et aller dîner chez des amis, si, si, j’te jure…), donc, j’annonce la couleur.

« Si tu préfères que je m’éloigne au fond du jardin dans une chambre pour allaiter, tu me le dis, ça ne me gêne pas. »

Jamais.

Jamais je n’ai eu besoin de m’éloigner. D’ailleurs, j’ai même remarqué que les hommes sont finalement moins « gênés » que certaines femmes.

Je ne suis pas non plus du genre à « m’exhiber », même si je n’aime pas ce mot…, je pense que c’est bien de rester discret.

Dans les lieux publics, on sent même souvent le regard attendrissant de certaines femmes, qui, du coup, s’approchent et te parlent gentiment. Eh ben, ça fait du bien !

Oui, on n’est pas que des mères, on a aussi un cerveau, et on aime bien discuter, parler, et même parler d’autre chose.

Ce n’est pas parce qu’on vient d’avoir un bébé, qu’on l’allaite, qu’on est adepte du co-dodo ou que sais-je, qu’on n’est QUE ÇA.

On aime bien aussi faire les boutiques avec les copines, manger une crèpe avec les collègues, enfin bref, faire autre chose…

Combien de fois m’a-t-on demandé :

– Mais au fait, tu vas l’allaiter encore combien de temps ?!! 

ou :

– T’en n’as pas marre ?

J’ai l’air d’en avoir marre ? J’ai l’air de me plaindre ? J’ai triste mine ?

Non parce que faut bien comprendre que l’allaitement, c’est un truc ultra perso, que personne ne te force à faire quoi que ce soit. Si tu le fais, c’est parce que tu le veux bien, non ?

Avec de bons conseils au départ, du soutien, de l’écoute, de la tendresse, tout se passe bien.

Moi, j’ai adoré. 

2 réflexions sur “81 / 2-3 trucs sur l’allaitement

  1. Pour ma Princesse, pour faire rapide moi aussi, ça n’a pas marché…Pour mon fils j’étais très décidé, mon Homme bien moins…. On a réussi à négocier un mois d’allaitement pour mon fils et moi…j’ai arrêté un peu à contre coeur, c’est vrai. Je pense (avec le recul) que mon Homme avait des choses de sa propre enfance à régler pour aborder sereinement l’allaitement, choses qui n’ont été régler il n’y a que très peu de temps (je suis évasive, désolé) Si un jour il y a un troisième (ce que j’espère bien), j’aimerais pouvoir retenter l’aventure..maintenant je suis prête car ma sage femme m’a laissé tout les petits trucs à savoir (notamment comment mettre un bout de sin, pour moi qui est une petite déformation de la poitrine)….et puis je sais que je pourrais te demander des conseils, non?

  2. Tu ne pourrais pas me faire plus plaisir chère Poppy… Mais je suis certaine que dès que tu auras ce (3e) bébé, ton expérience, ta motivation et sans doute aussi le fait que ton homme ait « réglé » certaines choses avec son enfance, tout ça t’aidera à avoir sans doute un allaitement plus serein. Mais si tu as besoin, je serai là, avec grand plaisir. Merci de ton témoignage…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s